Objectif de Médipôle Garonne, évoluer de 65% à 75% en chirurgie ambulatoire

Jean-Michel Nabias, directeur de Médipôle

Les travaux d’extension en cours de la Clinique du sport Médipôle Garonne situé sur la zone de l’Oncopole à Toulouse vont mobiliser une quinzaine de millions d’euros en ajoutant 5 000 m2 supplémentaire aux 14 000 m2 initiaux et la reconfiguration de 2000 m2. 4 blocs opératoires sont ajoutés plus deux autres plus tard soit au total 21 postes. Ouvert en 2010, Médipôle a doublé sa capacité en 8 ans en ayant accueilli en 2018, 23 000 patients. C’est l’un des plus importants sites en France dédié à la chirurgie orthopédique et traumatologique (hanche, épaule, genoux, pied, main, rachis) avec une vingtaine de chirurgiens, le 2ème établissement en région derrière le CHU de Toulouse et devant la Clinique de l’Union mais  ces établissements accueillent en plus les urgences. Fait marquant, « Avec ce nouvel outil notre objectif est de réaliser 75% de notre activité en chirurgie ambulatoire contre 65% aujourd’hui » indique Jean-Michel Nabias, le directeur de Médipôle. La sortie du patient le jour même de son intervention réduit le coût des soins et le risque de maladie nosocomiale. Pour y arriver, Médipôle compte améliorer la récupération des patients en organisant mieux le parcours de soins en amont avec la médecine de ville et en aval avec les soins de suite jusqu’au domicile. «Le sevrage des fumeurs, la pratique d’un sport avant l’opération, facilite la récupération. On gagne ainsi un mois ». L’organisation et la logistique internes sont revues en profondeur dans le cadre du projet  médical. Trois cadres sont dédiés à l’ambulatoire, l’hospitalisation et les soins de suite avec une équipe de gestion de la qualité. Médipôle emploie 300 salariés avec 80 praticiens hyper  spécialisés sur un domaine. Depuis 2018, sauf demande contraire du patient, un DMP, un Dossier médical personnel est ouvert, alimenté directement par les médecins. « Nous avons environ 20% de refus ».  Cette clinique a été certifiée A en mars dernier par la HAS, la Haute autorité sanitaire. Elle fait partie des réseaux de cliniques indépendantes Clinavenir et Santé Cité. Médipôle est majoritairement contrôlée par un groupe de familles toulousaines, plus les praticiens, 25% et la Clinique Pasteur, 10%.  Le financement de cette extension et le rachat du prêt initial ont été négociés en 2016 avec un pool de trois banques. «Avec notre indépendance, sans fonds de pension, nous pouvons avons une vision prospective de longterme. Nous amortissons nos locaux sur 30 ans ».