OCEANOGRAPHIE : CLS dans l'industrie pétrolière au Brésil

  Christophe Vassal, dirigeant 
                                                               de CLS
CLS, filiale du Cnes et de l’Ifremer, a annoncé en juin dernier l’acquisition de la société brésilienne Prooceano, implantée à Rio de Janeiro, spécialisée dans les services en océanographie opérationnelle pour l’industrie pétrolière locale.
« C’était une opportunité à saisir en rachetant cette jeune société dynamique de 17 salariés d’une moyenne d’âge de 30 à 40 ans, créée en 2004, qui devrait réaliser un chiffre d’affaires de près de 4 millions d’euros en 2012. Elle possède déjà une expertise en océanographie côtière qui vient compléter nos outils orientés plutôt dans le hauturier sur toute la surface de l’océan. CLS propose désormais avec Prooceano, un service complet à l’industrie pétrolière mondiale notamment sur les côtes africaines riches en or noir et ailleurs en Asie, en Indonésie » relate Christophe Vassal, le dirigeant de CLS.
Le service consiste à aider les compagnies pétrolières à réagir en cas de fuites de pétrole en détectant les nappes, en prévoyant leurs déplacements, en déployant des bouées dérivantes au cœur du mélange eau de mer/pétrole. Le service fonctionne 24h sur 24h, 365 jours par an, prêt à être actionné à la moindre alerte, en s’appuyant sur les données des satellites radar et les prévisions de dérives basées sur des modèles océaniques et météorologiques. Le contexte est favorable car le Brésil a mis la pression sur son industrie pétrolière en plein boom pour limiter au maximum les effets sur l’environnement. Les plages de Rio sont par exemple relativement proches des lieux d’extraction du pétrole ensevelis sous 5 km de sels et 2km d’eau ! Deux accidents ont déjà marqué les esprits en 2011 et 2012 et le Brésil s’apprête à accueillir successivement les Jeux Olympiques et la Coupe du monde de football.
Dans un pays où l’environnement a pris une importance considérable, CLS avec Prooceano, espère vendre l’ensemble de ses autres services dans l’océanographie spatiale type balises Argos ou le suivi des animaux. Cette filiale made in Brasil devrait progresser de 30% l’an. Par contre indique C. Vassal, la filiale Novacom Services de CLS dédiée à la localisation de mobiles a peu de chance face à une concurrence déjà très fournie localement.
CLS est déjà présent en Amérique du Sud avec une filiale au Pérou et un bureau au Chili. L’activité globale de l’entreprise après deux années de croissance d’environ 20% l’an, la signature de contrats majeurs et de rachat de sociétés, devrait progresser d’environ 9% en 2012 pour atteindre les 80 millions d’euros avec 400 salariés et 16 implantations hors de France.
JL. Bénédini
 
 
 Nouveau PC de supervision
 
 
Cet été CLS a pris possession de son nouveau bâtiment au parc de Ramonville-St-Agne. Il accueille le centre des opérations de CLS avec des moyens de calcul et une salle de surveillance organisée en plusieurs îlots. L’activité ne cesse de grossir, ainsi près de 70 000 mobiles sont suivis aujourd’hui, près de 130 000 sont attendus dans les prochaines années. Un backup fonctionne en parallèle au Cnes à Toulouse et une réplique aux USA afin de garantir une sécurité absolue des données.
Diffusé le 30/08/2012