PARIS SPORTIFS EN LIGNE : Les deux métiers de France-Pari


 

 

Hervé Schlosser, Président de France-Pari :

 

« notre originalité c’est de cumuler les 2 métiers : opérateur et éditeur de solutions pour les paris sportifs en ligne »

 

Passionné de sports et ayant occupé pendant sa carrière plusieurs postes de management, à la direction opérationnelle et financière, Hervé Schlosser a comblé un triple souhait : créer sa propre entreprise, dans un secteur vierge et dans son domaine de prédilection ! Saisissant l’opportunité de l’autorisation par la France des paris sportifs en ligne, il fonde France-Pari en 2008, subissant un décalage de 1 an quant à l’application effective  de cette libéralisation planifiée par la Commission Européenne.

Rapidement, le succès sera au rendez-vous avec un CA qui a atteint en 2012 les 10,5 M€ et un résultat net à l’équilibre. Sur les 3 prochains exercices sont prévus 18 puis 26 et 33 M€. Une performance due au modèle économique qui allie deux activités, celle d’opérateur grand public et celle d’éditeur en B to B avec la vente de licences et de services associés à d’autres acteurs des paris sportifs  et hippiques en ligne.

Pour se maintenir au top de la technologie, les investissements en R&D sont importants. Sur les 15 salariés employés, la moitié des équipes sont des ingénieurs et techniciens IT. La PME a développé sa propre plateforme, un outil technologique dédié au métier de bookmaker (système de modélisation, puissance de calcul et de traitement des flux, sécurité des transactions…). «L’objectif est de fournir des cotes adaptées pour minimiser le risque financier de l’opérateur » souligne Hervé Schlosser (1).  En s’appuyant sur la solution de France-Pari, les professionnels se concentrent sur leur cœur de métier, le commercial et le marketing.

L’optimisation du système se poursuit avec une recherche axée sur la mobilité. 15% des paris se font sur les plateformes mobiles en direct, un part qui devrait atteindre les 50% d’ici trois ans. Le parieur qui agit sur le vif exige une validation tout aussi rapide de son acte. Il faut donc gérer du temps réel contraint, traiter la transaction dans une situation souvent de bas débits, garantir un niveau de sécurité maximal quant à la circulation des flux financiers. Sur cette thématique de R&D, un partenariat a été noué avec l’Enseeith. Avec le chantier Pari MED sur la mobilité, sera  mis au point un outil CRM adapté au business des paris sportifs en ligne. « Nous avons à gérer des milliers de données sur nos joueurs, nous devons aussi synthétiser des outils d’analyse pertinents et prédictifs » précise Hervé Schlosser en évoquant la migration de ces big datas sur les applications mobiles.

Le développement du B to B et le déploiement à l’international font aussi partie des priorités 2013. Dans le portefeuille clients, figurent des groupes français comme Partouche, Joa, NetBet… Présent sur le Royaume Uni depuis la rentrée 2012, France-Pari a décroché un premier contrat avec Livebetting. Ciblant l’Espagne, l’Italie, la Belgique, l’Allemagne, les Pays-Bas, la PME espère conquérir deux nouveaux pays cette année. Des négociations sont en cours avec plusieurs prospects mais le cycle de prise de décision est long (6 à 12 mois).

Pour financer la croissance, une prochaine levée de fonds est prévue avec l’objectif de drainer 1,5 M€. Ce sont les investisseurs de départ, une soixantaine qui souscriront à cette augmentation de capital après avoir mobilisé 4 M€ entre 2008 et 2012. Dans un contexte très concurrentiel où interviennent de grands groupes, France-Pari entend rester une PME maître de son destin et profitable grâce à sa stratégie de cross-selling.

EMMA BAO
Diffusé le 26 décembre 2012

 

 

(1)           : les systèmes de modélisation prévoient comment le joueurs parient ; si ce n’est pas conforme aux anticipations de l’opérateur, de nouvelles cotations sont établies pour rééquilibrer le marché !

 

Encadré 1

 

Un parcours dans les médias

Connu sur la place toulousaine en tant que directeur général de TLT, Hervé Schlosser a assumé cette fonction entre 2005 et 2008 pour le compte le Lagardère TV qui lui avait aussi confié pendant la même période la direction adjointe de LCM. Avant cette expérience, il a travaillé dans le secteur de l’audiovisuel, à l’UGC, Canal Plus, Infogrames Entertainment…Son expérience au pilotage des entreprises et l’arrivée sur un nouveau marché lui ont permis de fédérer autour du projet plusieurs investisseurs. Alain Prost, fait partie du pool des actionnaires, jouant le rôle aussi d’ambassadeur de France-Pari tout comme Fabien Pelous. Immergé dans l’univers du sport à titre professionnel, Hervé Schlosser  arrive à dégager un peu de temps libre pour pratiquer le ski alpin, le monoski nautique et le tennis. De quoi maintenir à 42 ans une bonne forme physique !

 

Encadré 2

 Un métier très encadré

100% des sommes détenues pour compte de tiers sont garanties sur un compte de fiducie. Les opérateurs des paris sportifs en ligne sont soumis à l’ARJEL, l’autorité de régulation des jeux en ligne.

Pour assurer une transparence totale des transactions et que l’Etat puisse contrôler la collecte des taxes lui revenant, les sommes circulant entre le joueur et l’opérateur transitent obligatoirement par un coffre-fort numérique.

Quant au parieur sur le web : il doit être majeur, fournir à l’opérateur une copie de la carte d’identité et un RIB ; il recevra un code par la poste qu’il rentrera sur son ordinateur. Il se fixe des limites avant son premier pari, des modérateurs qui évitent ensuite d’agir en condition de « surchauffe » !

« Le montant  moyen des mises est de 15 €, la fourchette des  paris va de 10 centimes à  1000 € » précise Hervé Schlosser. 60% des enjeux concernent le football, 20% le tennis, 10% le basket et 4% le rugby. Rien que sur le football, on dénombre une trentaine de combinaisons différentes de paris. Et l’on peut miser sur un éventail de 60 matchs de championnat qui se jouent tous les jours à travers le monde !

 

 

Encadré 3

 

Répartition des mises

 

En tant qu’opérateur, France-Pari reverse aux joueurs 85% des mises. L’Etat récupère 10% des sommes pariées (un demi-milliard de taxes collectées). L’entreprise de paris en ligne récupère 5%, une part qui doit lui permettre d’amortir ses frais fixes et variables tout en générant des bénéficies. Les marges étant faibles, ce sont les volumes qui font la rentabilité. 

L’autre activité en B to B de France-Pari (vente de la plateforme dédiée aux professionnels des paris en ligne)  dégage une forte valeur ajoutée.

Avec ce mix produit, la PME table en 2013 sur un résultat net de 0,6 M€ pour atteindre les 1,5 M€ en 2014 et les 2,9 en 2015.

 

 

Encadré 4

 

Un marché en très forte croissance

 

 

Croissance du  marché français des paris sportifs en ligne : +19% sur les 3 premiers trimestres de 2012 (518 M€) par rapport à la même période 2011 (437 M€).

Croissance de France-Pari : +33% de paris sportifs sur les 3 premiers trimestres de 2012 (5,3 M€) par rapport à 2011 (4 M€) grâce à l’accroissement de l’offre.

Part de marché de France-Pari : 2%

Au global de mises sportives et hippiques : +71% de mises sur les 3 premiers trimestres de 2012 (France-Pari a lancé l’hippique fin 2011).

Le marché des jeux sportifs : 2/3 via les boutiques de la Française des Jeux et 1/3 via les sites agréés de paris en ligne.