Christophe Genolini. L'informaticien réinvente le logiciel statistique

Christophe Genolini, fondateur de Zebrys, devant une démonstration de son logiciel R++

Le projet entrepreneurial de Christophe Genolini est né d’un simple constat : « Les logiciels d’analyse statistique sont insatisfaisants, parce que conçus par les statisticiens eux-mêmes. » Le docteur informaticien et statisticien a donc mené des recherches pour optimiser l’analyse des données.  « R++ va jusqu’à 800 fois plus vite que les logiciels concurrents », explique Christophe Genolini qui, dans sa nouvelle recette, a su trouver le juste équilibre entre l’analyse informaticienne trop précise (et donc trop longue) et le recours à l’échantillonnage à la représentativité discutable que propose le statisticien. R++ fait en 2 minutes ce que R fait en 26h…. Les premières applications ciblées sont les études marketing, les laboratoires d’analyse médicale et les grands acteurs de l’assurance.

Ergonomie et haute performance
La version un de la solution R++ est sortie officiellement le mois dernier, après trois POC (Proof Of Concept). A côté de l’innovation purement technologique qui utilise le parallélisme et les méthodes Haute Performance, cette nouvelle solution est aussi le fruit d’un gros effort de recherche dans le domaine de l’IHM, l’Interface Homme-Machine. « Le logiciel est ultra simple d’utilisation et très ergonomique », promet Christophe Genolini. Son prix de vente : 990 euros par an et par licence.  Hébergée par l’incubateur Midi-Pyrénées, la start-up a été créée en juin 2016 et les 13 collaborateurs (plus 4 stagiaires) sont aujourd’hui installés dans les murs de l’Enac Toulouse. A côté de ses recherches, l’entrepreneur a aussi passé du temps à solliciter des financements sous forme de subventions ou de prêts auprès de la Région, de Bpifrance, de la Banque Populaire Occitane, du Crédit Agricole, du Réseau Entreprendre, mais aussi d’Airbus Développement et de Total.

Des projets à l’international
Zebrys a récemment signé un partenariat stratégique avec IBM qui équipera ses nouveaux serveurs du logiciel R++. Le second axe de R&D de la start-up se fera sur le chargement des données et ce chantier intéressera certainement aussi le géant de l’informatique. Les solutions ont aussi été testées auprès d’autres grands groupes de renom comme Total et Airbus. Un premier chiffre d’affaires de 300 000 euros est prévu pour 2020 et Christophe Genolini vise les 2 millions d’euros en 2022. Le chercheur entrepreneur regarde aussi hors frontières et envisage une levée de fonds autour de 2 millions d’euros pour accompagner son développement international.