Cobratex donne le coup d’envoi à la production en série des renforts à base de bambou !

 

La commercialisation s’accélère, cette start-up toulousaine étant le seul acteur en France parvenu à cette maturité industrielle. « Nous avons mis au point une technologie pour extraire la fibre et la souder » explique Edouard Sherwood, PDG en évoquant les 1200 variétés de bambou et les différentes propriétés et applications inhérentes à toutes ces espèces. De quoi offrir aux clients un catalogue de produits varié, avec des matériaux caractérisés selon les usages et secteurs d’activité.

Le segment des loisirs a manifesté d’entrée un vif intérêt pour ce matériau d’origine végétale. Des casques motos homologués sont en vente. Un fabricant de planches de skate a intégré les renforts de Cobratex. L’univers du surf, celui du ski constituent des cibles privilégiées. Dans le maritime, l’automobile et l’aéronautique, cette alternative aux fibres de verre a toute sa pertinence. Les avantages du composite bambou sont nombreux : gain de poids, absorption de chocs, propriétés acoustiques et thermiques, vertus esthétiques, démarche développement durable…Plusieurs sociétés testent les panneaux sandwich bambou sur les aménagements habitacle, cabine… « L’engouement a redoublé suite à la distinction « Start-up Award » décernée à Cobratex lors du dernier salon JEC Expérience Composite qui s’est tenu en Allemagne » constate Edouard Sherwood.

La Pme toulousaine a aussi décroché le label « Entreprises innovantes des pôles », étant membre et active au sein de trois pôles de compétitivité, Aerospace Valley, Industrie&Agro Ressources et UP-TEX. Une reconnaissance qui vient couronner les efforts consacrés à la R&D et à l’accès au marché.

Après une première levée de fonds qui a mobilisé 640 000 €, un deuxième tour de table est en préparation pour financer l’industrialisation à plus grande échelle et le déploiement commercial France et international.

 

Emma Bao

 

Des producteurs aux tisseurs !

Fondée en 2013 par 7 associés, Cobratex est au cœur d’une agro-chaîne avec en amont les fournisseurs de bambou et en aval un réseau de sous-traitants du textile en charge du  tissage des fibres. Dans son atelier, la Pme fabrique la fibre, la soude et conditionne des bobines.

Une grande partie des approvisionnements seront locaux, la PME étant en relation avec une association de cultivateurs de bambous répartis sur le Sud-Ouest et Ouest de la France. Leurs bambouseraies abritent plusieurs espèces, certaines sont plantées depuis plus de 20 ans.

On notera que la fibre doit être produite quand le bambou est vert, sitôt après sa coupe d’où l’intérêt d’avoir les machines spéciales à proximité de la ressource.

 

Parcours

Ingénieur mécanique spécialisé en robotique, Edouard Sherwood a d’abord travaillé dans différentes sociétés (Sinters, Récif…) avant de devenir consultant en aéronautique. Intéressé par les agro-matériaux à usage industriel, il a fondé Cobratex en 2013, pour offrir une alternative à l’emploi de la fibre de verre. Le choix du bambou vient compléter sur le marché d’autres ressources végétales comme le lin utilisé dans la production renforts.