Interview de Valérie Jimenez, dirigeante des Transports Jimenez FVA

Valérie Jimenez dirige avec son mari Les Transports Jiménez FVA

L’aventure démarre avec la création de l’entreprise en 1996 par Valérie, François et Antoine Jimenez. Aujourd’hui, Valérie Jimenez dirige avec son mari, François, les Transports Jimenez FVA. Implantée sur l’Eurocentre de Castelnau d’Estrétefonds, cette entreprise est spécialisée dans la traction de messagerie jour et nuit, activité qui consiste à mettre à disposition un ensemble routier et un conducteur à un client. Fin 2015, elle a racheté l’entreprise toulousaine Callejo Transports. Elle est devenue une ETI familiale de 460 salariés qui rayonne sur l’ensemble du territoire.

Quels sont les clients de l’entreprise ?

Nous travaillons aussi bien avec les plus grandes sociétés de messagerie que toute une série de PME du monde du transport pour un portefeuille d’environ 300 clients différents. Jimenez FVA est présent sur l’ensemble du territoire et à l’international, en Espagne et en Allemagne. Nos clients recherchent une prestation de service complète. Nous répondons à cette exigence en mettant à leur disposition la partie sociale et mécanique lors de la location d’un véhicule industriel avec conducteur et en respectant nos engagements. Près d’un tiers de nos conducteurs sont basés en région toulousaine, tous les autres sont répartis sur le territoire.

Quelle est l’évolution des affaires ?

En 2016, l’activité des Transports Jimenez FVA a progressé de 11%. En englobant l’ensemble du groupe avec Callejo Transports, soit près de 500 salariés avec les intérimaires, la progression atteint 66% pour un chiffre d’affaires de 57 millions d’euros. Nous opérons dans un domaine qui affiche un bénéfice moyen national de 1 %, la société se maintient au-delà. Notre portefeuille diversifié nous permet de ne pas être dépendants de quelques clients, limitant ainsi les risques financiers. Globalement, nos activités sont très liées à la croissance économique qui reste faible en France. La consommation est restée stable depuis 2008-2009. Le développement du e-commerce n’a pas augmenté le volume global à transporter, ce sont les flux et les acteurs qui ont évolué.