Recaero investit en Ariège, en Inde

Source : Recaero

Grâce à d’excellentes performances en continu depuis 2012, Recaero a finalisé le rétablissement de sa situation financière en remboursant sa dette avec 3 ans d’avance sur le calendrier prévu.  Le groupe annonce plus de 11 millions d’euros d’investissements en France et en Inde. Pour faire face aux difficultés rencontrées lors de la crise de 2009-­2010, Recaero avait utilisé en 2011-2012 la procédure de sauvegarde et établi un échéancier de remboursement de sa dette jusqu’en 2021. Mais ses très bons résultats économiques faisant suite à la réorganisation de son actionnariat autour du fonds iXO Private Equity lui ont permis de procéder à un remboursement anticipé avec l’appui de ses partenaires bancaires historiques (Crédit Agricole, HSBC et Banque Populaire) et de Bpifrance.

Lancement d’un bureau d’études dédié aux modifications

Une équipe de 5 ingénieurs a été constituée début 2018 afin de développer une nouvelle activité de bureau d’études sur les modifications, complémentaire de la production de pièces  de rechange, coeur de métier de Recaero. L’objectif est de proposer aux clients historiques, aux compagnies aériennes, aux opérateurs MRO et aux opérateurs d’hélicoptères des solutions intégrées allant de la conception à la réalisation de kits de modification ou de réparation. Le bureau d’études a obtenu en septembre 2018 l’agrément Part 21J de l’Agence européenne de sécurité aérienne (EASA), qui vient compléter le Part 21G permettant à Recaero de développer ses propres solutions.

Poursuite des investissements

Recaero a lancé un plan d’investissement de 9 millions d’euros sur 3 ans dans son outil industriel français : palettisation totale du parc 5 axes, acquisition de moyens de détourage en chaudronnerie et en composite et renforcement de la chaîne de traitements de surface. Ce plan a pour but d’obtenir des gains opérationnels et de productivité permanents qui permettront de consolider le positionnement européen de RECAERO sur le marché de la pièce de rechange. L’unité Indienne poursuit également sa croissance en s’appuyant sur le marché du Leap et sur les acteurs majeurs locaux comme Tata. Les investissements prévus s’élèvent à 2 millions d’euros sur 2 ans.