REF Toulouse. Un nouveau rendez-vous pour les entrepreneurs inauguré avec Patrick Martin

La REF grand événement parisien du Medef national, s’est déclinée dans une première version toulousaine le mercredi 20 octobre dernier. Patrick Martin, président délégué du Medef, a clôturé ce dense programme de rencontres en animant un forum des présidentielles.

Tables-rondes, keynotes et échanges ont rythmé la Rencontre des Entrepreneurs de France à Toulouse, la REF Toulouse, organisée au Domaine de Preissac. L’objectif : donner le pouls des enjeux économiques actuels et à venir et offrir aux participants (chefs d’entreprises, associations, et personnalités économiques du territoire) des éléments éclairés sur les défis qui les attendent. L’urgence climatique a été le premier débat du programme.

Climat, biodiversité : on passe à l’acte !
« Quand on raisonne en silos, on arrive à des conflits, et ces conflits d’usage peuvent atteindre tous les niveaux. il faut que nous arrivions à travailler tous ensemble » expliquait Eric Berge. Le chef de projet industrie du Shift Project, ce think tank d’ingénieurs « en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone », a rappelé les leviers pour répondre aux urgences climatiques : le progrès continu, la sobriété (diviser la consommation de viande, de transport conso, etc.), ou l’innovation de rupture. A ses côtés, William Vidal, cofondateur de l’entreprise de certification Ecocert a lui aussi insisté sur l’urgence de la situation : « le coût de l’inaction sera plus cher que l’action », a -t-il prévenu, en considérant que les réglementations ne feront pas tout. D’après lui, « continuer le business as usual est aujourd’hui une hérésie ». Comment s'y prendre ? « il faut dans un premier temps évaluer ses impacts puis avoir un plan d’action », conseille-t-il. Philippe Carrere, directeur Occitanie d’Eiffage a présenté les objectifs de son entreprise de BTP/promotion qui vise une réduction de 46 % des émissions de gaz à effets de serre d’ici à 2030 : « c’est ambitieux mais on va y arriver puisque nous maîtrisons toute la chaîne, de la promotion à la gestion de la consommation énergétique, en passant par les process de construction ». Nadège Bernard, directrice commerciale chez Solar-Paint a pu présenter une solution innovante et non polluante de peinture rafraîchissante fabriquée en Ariège. Enfin, le directeur EDF commerce Sud-Ouest Olivier Roland a présenté les conditions d'évlution dans son entreprise : « Il faut diviser la consommation d’énergie par deux environ. L’électricité représente aujourd’hui 25 % de cette consommation : il faudrait que ce quota double. »

Management et attractivité territoriale : les grandes mutations
Les conférences et keynotes qui ont suivi ont porté sur les nouvelles donnes dans le monde du travail : le télétravail, les nouvelles attentes des salariés…Victor Gajan, expert marketing digital et innovation chez Big Happy a commenté ces tendances pour éclairer les entrepreneurs dans leurs comportement manageriaux.  Sont ensuite intervenus Stefan May, CEO de Continental Automotive France, Stéphanie Rigal, responsable RH d’Harmonie Mutuelle, Nadine Yahchouchi, directrice de l’entité Microsoft Office et le docteur Michel Niezborala, chez Prévaly. Il était question de bien-être au travail, d’équité sur les questions de télétravail, etc. L’attractivité territoriale a aussi été abordée avec l’intervention de Stéphane Hiernaux, DRH opérations chez Pierre Fabre et Ludovic Sarrazin, directeur investissement chez Irdi Capital Investissements. « Au Medef, on cherche les outils pour être capable de réagir à l’économie telle qu’elle évolue. L’avenir de la société, c’est nous qui l’inventons, et c’est nous qui inventons les façons de travailler » : le ton de la journée était donné par ces paroles d’introduction de Pierre-Olivier Nau. Des évolutionse qui ont été analysées par des intervenants de qualité.

Pour faire réussir la France, la parole aux entrepreneurs !
La REF Toulouse 2021 a accueilli la première étape d’un Tour de France pour recueillir, au plus proche du terrain, les préoccupations, les attentes et surtout les idées des chefs d’entreprise, afin de peser sur la campagne des présidentielles. En présence de Patrick Martin, le président délégué du Medef national et animé par Raphaëlle Duchemin journaliste chez BFM Business, ce « Forum des Présidentielles » a permis d’aborder de nombreux sujets cruciaux, comme la mise en œuvre de la transition écologique ou encore le financement de la protection sociale.
« Si le CDI fait de moins en moins rêver », cela est principalement dû au manque de souplesse accordé aux entreprises, accompagné de la qualité de vie au travail : « Depuis des années, nous sommes dans le Taylorisme : les employés répètent les processus, sur du 8h-18h, quotidiennement … et la digitalisation a d’ailleurs accentué ça ! Il faut que nos employés aient de la souplesse, faire de la personnalisation pour chaque individu. Mais pour cela, les législateurs doivent apporter du concret, par exemple, en raison du droit à la déconnexion, un salarié en télétravail ne peut légalement pas tondre sa pelouse à 16h et finir son dossier le soir … il nous faut des solutions ! » observait Patrick Martin qui est intervenu un long moment pour échanger avec les chefs d'entreprise sur la thématique du travail.
Emmanuel Quéritet, président de l’agence Big Happy et membre de la commission communication du Medef 31 a lui insisté sur l’attractivité de la société et ses raisonnements RSE : « les entreprises doivent retrouver du sens en réfléchissant à leur raison d'être. C'est ainsi qu'elles pourront devenir une marque employeur attractive ». Durant les 1h30 d’échanges, les entrepreneurs se sont aussi exprimés sur la transition écologique des entreprises, notamment certaines initiatives « contre-productives » selon Patrick Martin qui pense que les amendes et autres réglementations punitives « iront à l’encontre de l’esprit d’équipe nécessaire pour répondre à cet enjeu ». En conclusion, l’ensemble des acteurs présents ont également partagé leurs positions sur les conditions actuelles de l’accès au chômage, freinant le retour à l’emploi de plus de 2 millions de personnes.