RESTAURATION RAPIDE : Michel Réglat, 1er franchisé Mc Do du grand Sud-Ouest avec 20 enseignes

 


 

A 26 ans, il a été le plus jeune franchisé Mc Donald’s de France.  Son enseigne place du Capitole a fait partie des pionnières, servant de rampe de lancement au groupe américain, qui comptait seulement 4 restaurant battant pavillon tricolore à l’Est de l’hexagone,  non loin du siège allemand.

A 60 ans, Michel Réglat dirige une vingtaine de Mc Do, le dernier en date a été ouvert fin 2015 place Jean d’Arc. Il inaugure le tout nouveau concept baptisé Originals. « Au cœur des quartiers, ces unités plus petites ciblent une clientèle en recherche de praticité et simplicité» détaille celui qui se considère avec humour doyen des franchisés.

A la tête de la holding Tryptic Services, ce chef d’entreprise formé à la gestion et au management en Suisse et aux USA après avoir suivi le lycée hôtelier de Toulouse, détaille les étapes clés,  les mutations survenues et les projets 2016.

EMP : Comment a démarré et s’est déroulée l’aventure?

Michel Réglat : En fait j’ai transformé ma brasserie Le Tortoni, signant en 1982 un contrat de franchise avec le siège Mac Donald’s Europe qui était basé à Francfort. Le rapide succès enregistré par l’établissement toulousain a impulsé le maillage territorial de la marque. Les ouvertures se sont multipliées un peu partout, grappillant des parts de marché à Queek. Durant cette phase de conquête commerciale accélérée, nous avons constitué un parc immobilier bâti souvent à coûts réduits. Aussi, à partir de 1990, nous nous procédé à la rénovation et qualification de nos enseignes. Les années 2000 marquent le début d’une nouvelle ère, imprégnée  de valeurs toujours en vigueur.

EMP : Quels sont ces fondamentaux ?

Michel Réglat : Nous avons conduit une révolution sur les trois fronts, social, environnemental et nutritionnel.

Nous avons élaboré une convention collective de la restauration rapide. Ma société qui emploie un millier de personnes (1) dont 75% de temps partiel, attire de nombreux étudiants. Ils acquièrent souvent leur première expérience professionnelle, une immersion qui ne s’oublie pas confessent les anciens qui ont pratiqué ce job exigeant rigueur, organisation et maîtrise de soi.

Question alimentation, les acides gras ont été réduits.  Les emballages mentionnent les calories. Inscrite dans nos gènes, la sécurité alimentaire est garantie par le franchiseur qui décide des achats, des menus, des process…édictant le cahier des charges à suivre à la lettre.

Quant au développement durable, notre Mc Do de Plaisance-du-Touch ouvert en 2008 a fait école. Les panneaux photovoltaïques, la géothermie, la récupération des eaux pluviales, un jardin potager à usage pédagogique, des nichoirs à insectes…notre parti pris en matière de développement durable nous a valu l’obtention de la  1ere certification HQE en exploitation d’un restaurant en France.

EMP : Et côté emballages ?

Michel Réglat : Leur recyclage et leur réduction sont nos priorités. Nous signons des chartes avec les mairies, nous engageant à ramasser  ce que les clients jettent dans la nature.

EMP : Etes-vous « locavores » ?

Michel Réglat : Les agriculteurs français sont nos fournisseurs de viande, de pommes de terre, de légumes, d’huile de colza, de fromage…Des éleveurs aveyronnais, des producteurs de salade de Perpignan sont dans la boucle. Le siège régissant les achats des 1400 enseignes, il faut que les producteurs aient capacité à approvisionner les établissements. Sur les prestations relevant de ma compétence, nous sollicitons des entreprises locales telles une PME de Muret qui collecte nos huiles usagées.

EMP : En matière de restauration rapide, la concurrence est rude. Comment percevez-vous les nouveaux entrants que sont les food-trucks ?

Michel Réglat : Je ne suis pas opposé aux ambulants mais leur présence doit être encadrée par les municipalités, lesquelles doivent délivrer les autorisations sous l’angle de l’aménagement du territoire et du respect des règles sociales, sanitaires…Servir des repas où il n’y pas d’offre n’est pas dérangeant. Il faut éviter les installations sédentarisées qui sont une menace pour une profession subissant des dépôts de bilan en cascade. Je trouve l’organisation professionnelle de l’hôtellerie/restauration trop en retrait sur cette question.

EMP : En matière de fast food,  les chaînes et les petits commerces abondent. Comment réagissez-vous ?

Michel Réglat : Surtout ne pas se comporter en dinosaures ! Nous devons avoir l’esprit caméléon, anticiper le changement, nous transformer pour assurer notre pérennité. Mc Do lance la nouvelle formule  « Originals », des take away de quartier avec une carte réduite. 4 points de vente sont déjà opérationnels en France.

Sans en dévoiler les contours, nous allons adresser deux nouveaux segments, le haut de gamme et la pause salon de thé !

Cette diversification est indispensable face aux ambitions de Burger King, la surabondance d’offres de restauration rapide…sans compter que le burger n’est plus l’hérétique de la gastronomie mais  bel et bien un grand classique revisité même par les chefs étoilés !

EMP : Vos prévisions de croissance ?

Michel Réglat : Numéro un des franchisés Mc Do sur le grand Sud-Ouest,  Triptic Services a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires de 68 M€. Nous visons les 70 cette année, les concepts en gestation vont booster notre développement. Si le paysage concurrentiel se durcit, nous restons avant tout la première enseigne généraliste, la préférée des familles toutes générations confondues.

 (1) : 250 personnes à temps plein, affectées à la maîtrise et l’encadrement.

Emma BAO
Diffusé le 31 janvier 2016

Engagements

Michel Réglat est le président fondateur de l’association « Dessine-moi une maison ». La fondation Mac Donald’s finance une dizaine de structures de ce type en France. Le dirigeant de Triptic Services est aussi l’instigateur du Dîner des Chefs, une initiative à visée caritative née de sa rencontre avec Michel Bras. Cette  5ème édition organisée en décembre dernier a remporté le plus gros succès depuis sa création avec 250 000 € récoltés, somme qui servira pour l’essentiel à financer la rénovation de la Maison des parents jouxtant l’hôpital des enfants.

Passionné de rugby, Michel Réglat est un fervent supporter du Stade Toulousain. Partenaire de l’équipe toulousaine, son enseigne est bien présente sur le terrain avec des animations pour adultes (2000 € à gagner si on réussit à lancer un ballon à l’intérieur d’un grand gobelet Mc Do pendant l’entracte…) et les enfants (entrées sur le terrain avec les joueurs après tirage au sort…).

Membre du Syndicat national de la restauration rapide (SNARR), il souhaiterait que son organisation professionnelle ait une représentation régionale tant sont nombreux les sujets à traiter et défis à relever.

 

Formé à la gestion hôtelière

Après l’Ecole Hôtelière de Toulouse en 1973, Michel Réglat a rejoint l’Institut Glion en Suisse, pour se former au management hôtelier. Il a complété ce cursus avec un MBA délivré par l’Université de Cornell (Etat de New York). Il a travaillé à l’Intercontinental de Genève avant de diriger sa première affaire, une brasserie place du Capitole.


Devenir franchisé Mc Do

Mac Donald’s conclut des contrats de franchise intuitu personae, recherchant des exploitants et développeurs de la marque plutôt que des investisseurs non directement impliqués dans le pilotage des affaires.

Le ticket d’entrée pour devenir franchisé atteint les 1,2 M€ avec 25% d’apport personnel. Occupant une surface moyenne de 350 m2, équipée d’un drive et d’un parking…chaque installation nécessite un investissement de 6,5 M€ financé par le franchisé et le franchiseur. Pour atteindre l’équilibre, il faut 2,2 à 2,3 M€ de CA soit 4 fois que la moyenne des restaurants français.

Le franchisé lorsqu’il cède son affaire vend en fait son compte d’exploitation.

Triptic Services bénéficie d’une situation atypique aujourd’hui car ses enseignes sont créées en joint venture, à parts égales entre Mac Donald’s et Michel Réglat ! Un statut hérité de 1988 et que le franchiseur n’applique plus aux candidats.