ROBOTIQUE : des pesonnages artificiels dotés de capacités d'apprentissage pour créer leurs propres comportements

I-Be, instinct behavour engine, c’est le nom du moteur de comportements intelligents pour personnages artificiels mis au point par Vincent Scesa.

Le dirigeant d’Instinct [maker], société fondée il y a quelques mois, cible en priorité les secteurs des jeux vidéo, de la simulation virtuelle et de la robotique.

L’outil proposé est un des plus innovants sur le marché car il confère aux personnages artificiels des capacités d’apprentissage automatiques. Ces derniers créeront eux-mêmes leurs propres comportements face aux situations rencontrées. Une aptitude qui s’ajoute à la faculté de prise de décision par rapport à un scénario ou à leurs motivations et objectifs propres.

Avec de telles qualités, les personnages animés sont plus crédibles, adoptent des attitudes plus réalistes, ont des stratégies d’adaptation imprévues.

Outre son avance technologique, la solution d’Instinct [maker] est facilement intégrable dans d’autres univers informatiques. Elle est aussi aisément accessible aux utilisateurs qui en apprécieront l’ergonomie et la facilité d’apprivoisement technique.

Les prospects ont accueilli avec enthousiasme l’offre de la PME toulousaine qui ne devrait pas tarder à signer ses premiers contrats. Des négociations avancées sont en cours avec plusieurs industriels dont certains basés dans la région toulousaine, particulièrement active sur l’activité simulation et réalité virtuelle. Les compétences locales tant au niveau de l’enseignement/recherche que du tissu économique ont motivé Vincent Scesa, ingénieur généraliste et titulaire d’une thèse en robotique et intelligence artificielle (supprimé : "à l’Université de Versailles"), à poursuivre son parcours (supprimé : "de formation") à Toulouse en collaboration avec l’équipe Vortex de l’IRIT. Et à implanter au cœur de la cité aéronautique et spatiale son entreprise à vocation internationale.

 

 Emma Bao

diffusé le 28-10-2010