SANTE : Capio Midi-Pyrénées met l’ambulatoire au cœur de ses projets d’investissement

 

 Le projet à Quint-Fonsegrives regroupant les cliniques de Saint-Jean du Languedoc et du Parc

Le  groupe Capio Midi-Pyrénées, présent aujourd’hui avec 4 cliniques employant 1500 salariés,  va engager un programme d’investissement majeur de près de 120 millions d’euros. Il s’intègre dans un projet médical ambitieux qui  vise à accroître fortement les  interventions en ambulatoire avec une hospitalisation de courte durée, en traitant les patients dans la journée. Une évolution significative  dans l’organisation des soins et des flux qui mobilise les équipes  médicales.

Les interventions en ambulatoire sont aujourd’hui de plus en plus préconisées par les pouvoirs publics pour tenter de limiter les coûts de l’hospitalisation en réduisant les durées  de séjour. Le contexte général  s’y prête. Les Etats  ont de plus en plus de mal à financer leur système de santé avec le vieillissement de la population et des besoins augmentant plus vite que les ressources. Dans la future clinique construite à Quint Fonsegrives, où les cliniques St-Jean du Languedoc et du Parc seront regroupées, l’ambulatoire devrait représenter 70% des interventions contre 56% aujourd’hui pour ces deux établissements. « Il est possible de réduire les durées de séjour et donc les coûts de la santé tout en maintenant la qualité des soins sur des opérations standards pour des prothèses de genoux, de la hanche par exemple. Ces pratiques sont devenues sûres et largement répandues ailleurs dans le monde » relate Christophe Hammer, directeur de Capio Midi-Pyrénées. En Suède, d’où le groupe est originaire, l’ambulatoire représentait en 2011, 60% des interventions  contre 39% en France. Une hospitalisation complète s’étale sur 4,5 jours en Suède, 5,2 jours en France, 7 jours en Allemagne !   Pour changer l’organisation des soins et développer l’ambulatoire, Capio exploite plusieurs leviers avec des interventions moins invasives, en modifiant les méthodes d’anesthésie. L’information du patient devient un facteur clé dans la préparation de l’intervention, de l’accueil au domicile dans la foulée, la nutrition…Le groupe a initié le concept de RRAC, la Récupération rapide après chirurgie. Elle intègre la préparation musculaire et nutritionnelle avant l’opération, la réduction du jeûne pré-anesthésique, le traitement préventif de la DPO, la douleur post-opératoire. La RRAC a été déployée depuis près de deux ans à la Clinique des Cèdres en orthopédie, en neurochirurgie, à S-Jean du Languedoc en urologie, dans les pratiques d’anesthésie au Parc. «Plusieurs équipes médicales ont été homologuées pour la RRAC. Les patients, qui sont volontaires, sont très demandeurs ».

La direction régionale s’appuie directement sur le savoir-faire du groupe suédois, diffusé auprès de ses médecins et responsables notamment lors des séminaires avec la participation de praticiens leaders sur les thématiques médicales et l’organisation des soins. Les premières prothèses totale de la hanche, du genou en  ambulatoire, ont été réalisées en France chez Capio. Dans les établissements de la région, en interne des référents RRAC animent le changement avec les équipes médicales.  Quant aux pratiques en santé mentale de la clinique  Beaupuy et aux Cèdres, elles vont évoluer par exemple en développant les séjours en établissement le jour et retour au domicile la nuit. A terme, Capio aura deux grands pôles, au Nord et à l’Est de l’agglomération toulousaine, capable d’absorber plus efficacement la  croissance des besoins locaux de santé !

120 millions à Quint Fonsegrives et aux Cèdres

L’ouverture de la nouvelle clinique à Quint Fonsegrives est annoncée fin 2017 conçue par le cabinet d’architecte lyonnais AIA. Cet établissement accueillera 85 000 patients / an. Dans le bâtiment de 33 000 m2, Capio prévoit  29 blocs opératoires, une maternité, un service de réanimation, des urgences, la convalescence…avec toutes les spécialités phares de St-Jean du Languedoc et de la clinique du  Parc, la cardiologie vasculaire, l’urologie, l’hépato gastroentérologie…. Une nouvelle entrée sortie routière sur la rocade sera réalisée facilitant les flux de circulation. Sur le site du Parc le maintien des services de radiologie et médicaux est à l’étude.

Le projet de rénovation de la clinique des Cèdres porte sur une vingtaine de millions d’euros sur trois ans. L’établissement reçoit 125 000 patients par an. L’accueil des malades va évoluer en profondeur avec un accès direct aux blocs opératoires, deux services ambulatoires, une évolution des plateaux techniques…pour notamment traiter dans la journée des interventions en orthopédie... « Nous souhaitons investir avec un retour réel  pour le patient » relate C. Hammer.

Parcours du dirigeant à 360° dans la santé 

Diplômé de l’Ecole de commerce de Lille, Christophe Hammer a débuté sa carrière chez l’électronicien Thomson. En 1992 il change d’univers en prenant la direction de Lancer : le fabricant de laveurs pour l’industrie pharmaceutique et la recherche médicale implanté à Tournefeuille que Pierre Fabre cède par la suite au groupe suédois Getinge. De 2002 à 2009, C. Hammer accède à la direction Europe de Getinge puis il prend ensuite la vice-présidence de Getinge Life Sciences au niveau mondial. En 2013, il reste dans le monde médical rejoignant la direction de Capio Midi-Pyrénées, « Ce qui m’a d’abord intéressé c’est de conduire le  projet médical de Capio, un  challenge majeur dans la santé ».  Un parcours à 360° dans la santé.

Midi-Pyrénées :1er pôle de Capio en France

Premier groupe privé de clinique régional, Capio traite 200 000 patients  chaque année dans ses 4 cliniques.  Le groupe est déjà présent sur plusieurs pays en Europe, réalisant un chiffre d’affaires de près d’1milliard d’euros dont la moitié en France. Midi-Pyrénées est le premier pôle régional représentant un tiers de l’activité. 

Article diffusé par JL Bénédini le 01/09/2014