Secco by VieConnect, 1ère solution connectée pour l’incontinence des personnes âgées dépendantes

Le personnel est averti instantanément

Cinq cents personnes dépendantes et incontinentes dans une quinzaine d’Ehpad utilisent la solution connectée Secco de la start-up toulousaine VieConnect. Fin 2020, plusieurs milliers de personnes dans une soixantaine d’établissements seront équipées. Un plus à la fois pour le confort des personnes âgées et des personnels chargés des soins.

 

Le capteur placé dans la protection absorbante au niveau du pubis détecte la saturation. Cette information permet aux personnels d’intervenir en réduisant le temps d’exposition de la personne tout en changeant la protection et les draps au bon moment.

 

Des patients qui dorment mieux

Le gain de temps serait de 26 minutes par jour pour chaque aidant intervenant dans le service. L’application alerte instantanément le personnel. En moyenne, les protections sont changées jusqu’à 3 à 4 fois par jour. 73% des personnes en Ehpad ont des problèmes d’incontinence. « On apporte aux établissements qui font le pari des nouvelles technologies, une qualité de service supplémentaire et du confort aux personnes dépendantes » commente Dimitri Tintikakis président et co-fondateur de la startup. L’association Edenis a été la première à tester Secco by VieConnect avec succès, en 2017 dans l’une de ses 19 maisons de retraite, la Cotonnière à Toulouse. « Nous avons des témoignages de familles qui constatent que leurs parents dorment mieux, sont moins gênés, plus en forme au réveil et pendant la journée en ayant une vie sociale plus riche ».

Edenis va déployer la solution dans tous ses établissements. VieConnect est en cours de développement en France avec des tests réalisés actuellement chez les leaders de l’hébergement des personnes âgées et d’autres groupes. Des accords commerciaux ont été noués avec un distributeur et un fabricant de protections absorbantes. Ce dispositif médical voyagera à l’international, les premiers contacts ont été pris en Belgique, en Suisse. Et les fondateurs ont une filiale aux Etats-Unis.

Le modèle économique s’appuie sur un abonnement pour environ 1,10 euros/jour/personne avec un contrat d’engagement sur deux ans comprenant la formation, le SAV. Les perspectives sont importantes avec l’augmentation du nombre de personnes dépendantes en France.

 

Collaboration avec le CEA-Tech de Labège