SECURITE INFORMATIQUE : ITrust lance la nouvelle version d’Ikare et prépare une rupture technologique pour 2014 !

 

La rentrée 2012 est riche en événements pour ITrust. L’éditeur toulousain en sécurité informatique a eu confirmation officielle de l’acceptation par l’Etat français du projet Secured Virtuel Cloud dont il est le chef de file (voir encadré).

La commercialisation de la nouvelle version d’Ikare vient de démarrer. « Plusieurs grand comptes et PME l’ont déjà achetée » indique Jean-Nicolas Piotrowski, le dirigeant de la société en évoquant la simplicité et efficacité de cet  outil immédiatement opérationnel. A l’instar de ce qu’il se passe dans une maison, une alarme retentit dès qu’est détectée une intrusion dans le système d’information. D’entrée, Ikare repère 90% des problèmes de sécurité.

Parmi les références clients, figurent plusieurs banques, Pierre Fabre, EADS, Nutrition et Santé, Labeyrie, Akka Informatique et Systèmes, Bull… 

« Le bouche à oreille est notre meilleure publicité, la relation de confiance est déterminante dans notre métier» confie le fondateur de l’entreprise créée en 2007. Pour accélérer la diffusion du logiciel exploité en mode SaaS, les équipes ont été confortées. L’entrée au capital du Crédit Agricole, le lancement du projet SVC permettent à ITrust de mobiliser 2 M€ pour soutenir la montée en puissance commerciale, préparer la prochaine rupture technologique. En 2014, la PME prévoit la mise au point d’un outil pour détecter en amont les attaques de virus inconnus. La R&D est conduite avec l’IRIT, le LAAS,  Toulouse school of economics. Cette équipe toulousaine fait partie des 3 laboratoires au monde s’attelant à un tel sujet. « Nous mettons beaucoup d’énergie sur ce projet afin d’être les premiers et les meilleurs du marché » comment Jean-Nicolas Piotrowski qui adressera en priorité le marché nord-américain avec cette solution. Des partenaires revendeurs l’intégreront à leur offre.

Le déploiement à l’international fait partie des objectifs de 2013. L’entreprise cible l’Europe du Nord, l’Australie avec la présence d’un VIE, l’Asie du sud-est.

Le modèle économique évolue de plus en plus vers le B to B, en visant les « infogérants », les intégrateurs et fournisseurs de services. Se centrant sur le métier d’éditeur, ITrust devrait réaliser cette année 700 000 € de CA et atteindre le prochain exercice 1,5 M€ ! Les effectifs accompagnent la croissance avec une quinzaine de collaborateurs et d’autres recrutements en perspective.

Emma BAO
Diffusé le 27 septembre 2012

 

Encadré

Le projet SVC

Dans le cadre du volet développement de l’économie numérique du grand emprunt, l’Etat français a retenu le projet Secured Virtual Cloud porté par ITrust et fédérant une dizaine d’acteurs dont le LAAS, l’IRIT, Eurogiciel, ENeed, Bull…Une plateforme sera déployée dans la région Midi-Pyrénées et pourra être directement intégrée par les opérateurs Cloud ou par les entreprises. Ce projet de dimension européenne comptera une trentaine d’ingénieurs et de laborantins et devrait rejoindre à terme Andromède 2 aux côtés de Bull et de SFR.

 

3ème article

Basculement progressif vers le mode SaaS

L’évangélisation du marché est loin d’être achevée mais l’exploitation des logiciels en  mode SaaS gagne du terrain. Plusieurs éditeurs régionaux comme ITrust, Eurecia, Adelya, Novadys, Docdoku, Adelyce…ont adopté dès leur création ce modèle économique, d’autres y viennent comme Caméléon… Outre les concepteurs de logiciels, plusieurs autres acteurs interviennent dans le système d’information de l’entreprise. Les infrastructures sont une des composantes avec les opérateurs de Cloud (dont les entreprises de télécoms), les datas center, les détenteurs de serveurs et fournisseurs de baies techniques. L’externalisation des services se généralise pour se concentrer sur le cœur de métier tout comme s’imposent de plus en plus le travail collaboratif, la mutualisation, le partage des ressources. Les entreprises et collectivités locales prennent progressivement conscience des avantages à ne pas être propriétaires d’un système pour bénéficier en location de produits actualisés, d’applications performantes et de services assortis. Le basculement est en cours, il se fait à un rythme bien plus lent qu’aux USA.