Smart City Toulouse Métropole : les premiers déploiements de services intelligents

Bertrand Serp pilote la Smart City de Toulouse Métropole

Presque deux ans après son lancement, le projet Smart City de ville intelligente lancé par Toulouse Métropole sur les 37 communes de l’agglomération, accumule les initiatives très diverses associant la collectivité avec ses différents services et les entreprises.  La finalité est double le développement économique et l’amélioration de la qualité de vie de ses habitants. Au total la Smart City devrait entraîner 500 M€ d’investissement public hors 3ème ligne de métro. Ce projet emblématique a été volontairement exclu de la feuille de route par Jean-Luc Moudenc car il aurait écrasé par son poids, 2.3Md€, toutes les initiatives  mais de fait il s’inscrit à 100% dans une ville intelligente. Le fil conducteur c’est l’innovation avec une Open Métropole capable d’agir sur l’habitat, la mobilité, l’énergie et l’environnement, en pariant sur le numérique, l’Open Data avec un mode disruptif. Le bilan est loin d’être négligeable en comptabilisant l’ensemble des initiatives.

Une quinzaine de chantiers différents ont été lancés. Exemples. La navette toulousaine, autonome et connectée EZ10 d’Easymile a débuté sa première expérimentation grand public à Pibrac avant de rejoindre les allées Jules Guesde à Toulouse. Déjà testé sur une cinquantaine de villes dans le monde, ce véhicule est appelé à s’insérer dans le flot de circulation public pour à terme remplacer entre autres les navettes électriques de Tisséo avec chauffeur en centre-ville. L’étude de faisabilité économique est en cours avec le soutien de la Caisse des Dépôts. Du coup Toulouse rejoindrait des villes comme Singapour qui a déjà mis en service ce véhicule dans un jardin public. D’autres initiatives autour du véhicule connecté devraient éclore dans l’agglomération avec l’installation du Renault iLab et les projets de Continental. La lutte contre la congestion urbaine sur le principal point chaud de l’agglomération, la zone aéroportuaire, mobilise les acteurs publics et privés pour tenter de réduire les contraintes environnementales pesant sur les salariés et habitants.  Autre chantier, le système d’éclairage intelligent développé par la startup Kawantech est en cours de test sur trois rues de Toulouse. Par appareil l’économie est de 65% d’énergie en kWh. Plusieurs centaines d’appareils sont déployés avec un premier programme d’investissement. L’éclairage public représente 35% de la facture électricité d’une ville.

Toulouse Métropole s’est associé avec Météo France pour mesurer les écarts de  température entre le centre-ville de Toulouse et les communes limitrophes afin de caractériser les ilots de chaleurs urbains. Une vingtaine de capteurs météos ont été déployés.