Sovamep. Le recycleur poursuit les investissements

Stockage sur le site de Muret. ©Sovamep.
Vincent Delage, président de la SAS Sovamep. crédit : Sovamep.

Après l’agrandissement de son site de Muret en 2018, la PME de valorisation des déchets ferreux et non ferreux Sovamep annonce de nouveaux investissements de près de 2 M€. Son activité de traitement des métaux précieux prend de plus en plus d’ampleur.

« Les déchets, c’est la mesure de la consommation ! », observe Vincent Delage, le repreneur de Sovamep, cette PME familiale fondée par Adrien Baudet en 1986. Aux manettes depuis 2014, Vincent Delage est un passionné du recyclage : avant d’être chef d’entreprise, il a été cadre dirigeant chez Paprec pendant une quinzaine d’années et travaillait précédemment chez Véolia, autre leader généraliste du secteur des déchets.  Dans le milieu depuis des décennies, les fluctuations des cours des métaux ne le découragent pas. « Nos résultats dépendent du contexte géopolitique, du cours du dollars et de l’activité industrielle. La guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, le Brexit, le diesel gate, la fin de cycle des industriels de l’automobile… beaucoup de facteurs expliquent la baisse des cours des métaux l’an dernier et nous avons encore peu de visibilité pour les mois qui viennent. » Mais l’entrepreneur reste confiant et ne veut pas virer au catastrophisme. Le besoin de recycler n’est pas prêt de disparaître, au contraire, les enjeux environnementaux actuels ne peuvent aller que dans le sens de la collecte et de la transformation des matières premières en matières premières secondaires.

Traitement des métaux précieux : de nouveaux débouchés en vue
Pour conduire le développement de Sovamep, Vincent Delage, associé majoritaire de l’entreprise (l’autre associé est  le fils du fondateur, Philippe Baudet, aussi directeur général du groupe) a mené d’importants investissements. Le site de tri basé au siège à Muret et géré par Aïcha Gani a doublé de surface  en 2018. D’aujourd’hui 20 000m², cette installation classée a aussi été dotée de nouveaux équipements (outils de tri et de traitement, flotte de camions et de bennes…). Soit un investissement de plus de 3 M€ au global. Quelques embauches plus tard, l’entreprise de 70 personnes a augmenté sa capacité de collecte et de traitement pour atteindre les 8000 tonnes de métaux non ferreux par an.

En 2019, de nouveaux investissements s’annoncent, notamment pour doter le laboratoire dédié aux métaux précieux avec l’acquisition de machines dernier cri. Chiffré à 800 000 euros, ces équipements permettront d’optimiser les procédés d’extraction et d’affinage et peut être d’élargir la palette de métaux extractés avec par exemple du rhodium, du palladium, du tantale. « Nous incluons les techniques en faveur de la préservation de l’environnement, grâce à de nouveaux procédés chimiques, tout en recherchant des solutions de traitement  les plus économiques possible », explique le dirigeant qui évoque un travail de R&D avec le partenariat de l’Institut de Chimie Séparative de Marcoule (ICSM) et l’embauche d’un ingénieur pour éluder cette problématique.

Bientôt propriétaire en Italie
Sovamep est la seule entreprise d’Occitanie à disposer d’un laboratoire dédié à a collecte de métaux précieux. Ces matériaux sont extraits notamment de l’industrie électronique (dans les cartes électroniques) ou de l’industrie automobile (dans les pots catalytiques) : de l’or, de l’argent, du cuivre, du platine, du palladium… La collecte et l’affinage de ces matériaux restent une activité minoritaire (40 % de l’activité) par rapport au recyclage des métaux ferreux et non ferreux mais Vincent Delage n’exclut pas de voir la courbe s’inverser, au vu du potentiel qu’offre cette activité. Il prévoit d’ailleurs d’investir dans ce domaine en Italie, où la filiale dédiée à ce métier, installée dans une location à une centaine de km de Venise à Udine, pourrait devenir propriétaire de son site (budget d’1M€).

85 %  des ventes à l’export
Les clients de Sovamep sont les industriels cherchant à se débarrasser de leurs déchets puis les affineurs et fonderies qui vont transformer les déchets collectés en matières premières secondaires. En amont, ses «  fournisseurs » sont issus de l’aéronautique, mais aussi de la défense, de l’électronique, de l’agro-alimentaire. Nexteam, Mecaprec, Le Piston Français Thales, Naval Group, Coliege Metalco Emballages sont quelques-uns de ces clients… Dans l’agro-alimentaire, les emballages aluminium du chocolat ou les capsules de bouteilles intéressent Sovamep. Sur les autres industries, l’ensemble des matériaux ferreux ou non ferreux, nobles (bronze, nickel, zinc, plomb…) ou communs (aluminium, inox…) et les chutes de fer, de ferraille ou d’acier sont triés et identifiés pour être recyclés dans de grandes fonderies. Les affineurs et fonderies sont plutôt installées au sud de l’Europe en Espagne et en Italie ou en Asie. A côté de sa filiale italienne, Sovamep est aussi implanté au Maroc à travers sa société Valdeme installée à Casablanca depuis 18 ans et a une activité en Tunisie. Les autres clients finaux de Sovamep sont dans d‘autres pays européens comme l’Allemagne ou la Belgique et en Asie, notamment au Japon.