SPORT : Triple Zéro fabrique des produits d'exception en duvet d'oie grise

  

 Trieuse en action.                       Louis Fernand Pi                   Photos : Michel Tarrit
Sur les critères de la légèreté, de la chaleur et la durabilité, les vêtements de montagne, vestes, doudounes, sacs de couchage et des couettes… entièrement conçus et fabriqués par Triple Zéro à partir de duvet d’oie grise du Périgord, sont exceptionnels. Cette entreprise artisanale installée à Durfort dans le Tarn écoule sa production en vente directe sur internet www.triplezero.fr. La marque est essentiellement connue des alpinistes et montagnards à la recherche de la performance sans compromis. Mais relate Louis Ferdinand le dirigeant, «avec l’engouement pour les trek, les longs voyages autour du monde non motorisés où le poids/chaleur/volume est fondamental, nous sommes de plus en plus sollicités par cette nouvelle clientèle ».

 

Sans aucune publicité, par le bouche à oreille et le buzz sur la toile, Triple Zéro trace son chemin qui trouve son origine… au 19 siècle en 1860 avec la création de l’entreprise par Pierre Pinel dans le Tarn. Deux générations plus tard après des hauts dans les années 30 et des bas, après la guerre, F. Pi reprend l’entreprise en 1985 qui produisait des édredons, des couettes. En 1994, la marque de montagne Triple Zéro est lancée en vente directe. F. Pi se positionne d’entrée sur l’excellence et noue une collaboration avec l’alpiniste Sébastien Constant aujourd’hui associé dans l’entreprise. « Nous concevons ensemble tous les produits testés sur le terrain pendant un an avec des guides de haute montagne », depuis les vêtements légers jusqu’aux conditions extrêmes de l’Himalaya avec des combinaisons prévues pour les moins 50°. Une exigence maximum qui se décline sur tout le cycle de fabrication artisanal. F. Pi a noué des contrats avec 12 producteurs d’oie grise du Périgord qui s’engagent juste après l’abattage à prélaver le duvet pour éviter sa fermentation. Dans l’atelier de Durfort, les technologies issues du 19ème et du 20 siècle se côtoient.  Le duvet triple 000, le meilleur, recueilli dans le 3ème casier de la magnifique trieuse en bois qui n’a pas changé depuis 1930, est utilisé en garnissage. Juste à côté les tissus sont découpés par une machine numérique installée il y a deux ans !  Le garnissage  s’effectue à la main en contrôlant la quantité de duvet au gramme près. Trois couturières assemblent les vêtements, les sacs de couchage...  Il faut une grosse expérience, les tissus assemblés avec le duvet  sont piqués à l’envers. Le  système de compartiments cloisonné étanches enfermant le duvet est généralisé sur toute la gamme.

Ici « On n’a pas vocation à devenir des industriels. On cherche avant tout à réaliser des produits d’exception en maîtrisant toute la chaîne de manière équitable. C’est la mise en valeur d’un savoir-faire avec des technologies d’aujourd’hui ». F. Pi a fait par exemple développer spécialement par un tisseur lyonnais, un polyamide à 32g/m2 utilisé pour les sacs de couchage, les vestes, à la fois très fin, résistant tout en laissant passer la vapeur d’eau dégagée par le corps. « Nous avions auparavant des problèmes de qualité ». Triple Zéro emploie 5 personnes, les trois couturières et les deux associés réalisant un CA de près de 300 k€, pour l’essentiel avec la clientèle française, belge et suisse. Cela va mieux depuis quelques années sur un marché de niche avec des produits entièrement fabriqués en France.

 

 Pourquoi Triple Zéro

Le Triple ‘000’ correspond à l’échelle la plus haute sur la capacité à évacuer l’humidité. Triple Zéro garantit à 800 COUIN (cubic inches) son duvet. Il faut 25 oies grises pour donner 1 kg de duvet 000 !

 

Upgrader les sacs de couchage !

Les clients ont la possibilité après l’achat de faire ajouter du duvet à leurs sacs de couchage, prévue dès la conception. La gamme est très largement personnalisable en dimension, par l’ajout de duvet, d’accessoires…Les conseils sont abondants sur le site web et avec le sourire au téléphone.

 

La veste Antza,  best of

 

Avec 80 g de duvet dans 35 compartiments, la doudoune Antza homme ou femme pèse à peine 280 gr en taille M avec son mini-sac compressible. Un record de compacité. Elle remplace une polaire. C’est l’article le plus vendu (310 € TTC). 

Article diffusé le 3 novembre 2014 par Jean-Luc Bénédini