Syselec prévoit  d’ouvrir son nouvel atelier électronique cet été

La future usine de Syselec

Le nouveau site de production de Syselec n’ouvrira pas au mieux que dans le courant de l’été. Le gros oeuvre était terminé avant d’entamer l’aménagement intérieur juste avant l’annonce du confinement provoquant l’arrêt immédiat du chantier. Mais dans le Tarn au siège  à Labruguière, la production de cartes et l’assemblage de systèmes électroniques n’ont jamais été stoppés.

 

Pas question toutefois de laisser un projet en l’état déjà avancé au ¾ : le nouveau site sera bien terminé. Syselec investit 4,8 millions d’euros dans cette usine en vue de franchir un saut technologique, créer une salle crise mieux filtrée, avoir plus de place pour aménager les outils de production. Des achats de nouvelles  machines seront reportés dans le temps en fonction de l’évolution de l’activité. «On a un atout c’est notre grande diversification client car nous travaillons avec de nombreux secteurs d’activité, des grands groupes, des PME, des start-up » indique Fabrice Castes le dirigeant de Syselec qui veut rester positif  avec ses équipes malgré toutes les menaces extérieures, sanitaires et économiques.

Les ateliers sont restés ouverts. La production a baissé globalement de 40 à 50% mais l’entreprise a continué à facturer pour rentrer des euros dans les finances. Certains clients avaient stoppé leur activité, d’autres avaient repris  rapidement mais au ralenti. Les mesures de protection sanitaire mises en place ont été facilitées par la réduction des effectifs et des locaux suffisamment grands. Si Syselec a sollicité un PGE et quelques demandes de chômage partiel, elle n’a pas sollicité des reports de charges. Côté approvisionnement, les tensions étaient déjà apparues début janvier 2020 provenant des fournisseurs asiatiques, suite aux premiers effets du Covid-19, entretenues par la réduction du fret aérien, entraînant des augmentations de tarifs. Mais « les aléas de lapprovisionnement ne sont pas une nouveauté dans notre  industrie électronique » rappelle F. Castes. En attendant de travailler plus efficacement dans son nouvel écrin, chez Syselec on garde  la forme et le moral !