Tesalys  renforce l’efficacité de ses machines de désinfection des déchets à risque

Préparation d'une livraison pour l'Asie

Dans la foulée du Covid-19, Tesalys a ajouté en option le programme « Virus+ » dans ses machines de traitement en lo cal, des déchets à risque infectieux, les Dasri. Les virus sont éliminés dès la phase de pré-décontamination à 85° pendant 15 mn.  Cette PME installée à St-Jean de l’Union a continué à fonctionner pendant cette crise, en télétravail et sur site pour les activités de production et logistique. Tesalys avait livré plusieurs machines à la Chine en février-mars dernier.

 

« Nous avons renforcé le cycle de décontamination de nos machines de désinfection avec ce programme qui a fait l’objet de test scientifique. Comparé aux cycles de stérilisation standards, on amène une double sécurité » précise Miquel Lozano, le dirigeant de Tesalys. La crise du Covid-19 a mis en exergue tous les problèmes liés à la chaîne de désinfection dont le traitement des déchets. Tesalys apporte une solution permettant de traiter à la source les Dasri. En France, les déchets médicaux sont majoritairement collectés puis traités dans des centres spécialisés. Hors pendant cette crise, les régions les plus touchées, le Grand Est et l’Ile-de-France, ont eu du mal à absorber le surcroît de volume entraîné par le Covid-19 dans les délais prescrits par la réglementation. « Il faudrait en France repensait l’organisation de cette filière basée uniquement sur le transport en diversifiant les modes de traitement avec des solutions locales validées et certifiées, plus efficaces et une empreinte environnementale réduite » indique M. Lozano qui a envoyé une lettre ouverte au Gouvernement le 29 avril 2020,  soulignant les problèmes générés par le système actuel  de désinfection des déchets à risque infectieux en France inadapté pour affronter des pandémies. Paradoxalement c’est à l’international que cette entreprise française va chercher l’essentiel de ses clients en exportant 95% de sa production.

Ces machines de désinfection sont utilisées par des hôpitaux, des cliniques, des laboratoires d’analyse, des centres de recherche, partout où sont générés des Dasri. Sur la planète, les épisodes épidémiques se multiplient avec le  SRAS, le MERS, le Sida, Ebola et maintenant le Covid-19.

Celui-ci n’a pas provoqué un afflux de demandes chez Tesalys car les pays se sont d’abord préoccupés dans l’urgence, de trouver des masques, des blouses, des gants. Pour l’entreprise un des principaux freins aujourd’hui résident dans les difficultés de déplacement à l’international pour aller prospecter ou former ses distributeurs qui venaient sur place :  « Nous avons créé des tutoriels vidéo » précise M. Lozano.