Thales ouvre son premier Centre de Compétences Digital à Toulouse

Discours de Gil Michielin, directeur général des activités avioniques mondiales de Thales

Un Innovation Hub et un Centre de Compétences Digital  ont été inaugurés ce jeudi 19 décembre sur le site toulousain de Thales (boulevard Eisenhower). Ce sont  20 à 30 personnes qui démarreront dans ce nouvel espace qui présente une capacité de cent personnes. Ces nouveaux bureaux sont destinés à des petites équipes (huit personnes environ) chargées de plancher sur un projet innovant présélectionné , et sur une période de temps très courte. Ces projets innovants peuvent émerger de la Digital Factory (intitiée à Paris il y a 18 mois, la Digital Factory de Thales encourage les innovations liées à la transformation digitale en interne, dans les process, et au niveau du service à la clientèle). Les projets peuvent aussi être issus des équipes d'ingénieurs déjà installées boulevard Eisenhower.  

Deux sujets d'innovation ont déjà été sélectionnées : le premier, Part-Edge, porte sur l'optimisation de l'approvisionnement en pièces détachées. Le second est axé sur l'innovation digitale pour l'amélioration des process dans l'industrie 4.0 (maintenance prédictive, augmentation des cadences de production...). Un troisième projet devrait s'installer bientôt. Aux côtés de cet espace, l'Innovation hub est  dédié à l'innovation et  au travail collaboratif. Deux cockpits y sont installés et connectés pour permettre aux ingénieurs internes ou externes (cet espace se veut ouvert aux start-up, aux entrepreprises et aux structures de recherche). Fabriqués en 3D, ces cockpits sont modulables et permettent aux équipes de R&D d' implanter de nouveaux outils avioniques et de tester leur bonne intégration.

La connexion, l'enjeu primordial
La présidente de la région Occitanie Carole Delga et le  directeur général des activités avioniques mondiales de Thales, Gil Michielin, ont assisté à la présentation de ces nouvelles installations. "Ce site est le premier site de l'avion connecté", a observé Gil Michelin qui a rappelé que sur l'ensemble de l' Occitanie, Thales se retrouvait 3ème employeur de la région (4500 employés en Occitanie, autour de 1000 salariés sur le site de Basso Combo). La connexion et donc l'autonomie, c'est l' enjeu clé aujourd'hui, tant sur le plan technique que dans les services. La connectivité est déjà une réalité au niveau du cockpit et de la cabine. On peut encore s'améliorer et innover sur beaucoup d'aspects. Par exemple, pour les informations météo pour le pilote, atteindre une analyse d'informations en quasi temps réel." 

Ces nouvelles  technologies digitales requièrent des compétences dans  la connectivité, l'intelligence articificielle, les big data et la cybersécurité. Des métiers où Thales continue de recruter à Toulouse : une  centaine d'embauche est prévue en 2019 (même moyenne qu'en 2018). Gil Michielin gage que l'attractivité des nouveaux lieux  (équipements derniers cris, confort de travail, espaces collaboratifs..) assurera cette tâche difficile de recrutement dans ces métiers tant convoités. Avec l'ouverture de ces nouveaux espaces, Thales confirme son tounant digital. Le groupe a investi plus de sept milliards d’euros dans les technologies digitales au cours des quatre dernières années. 150 M€ ont été consacrés à la Digital Factory, aujourd'hui en place à Paris ( 250 personnes), Bordeaux, Toulouse mais aussi Montréal et Singapour. Autre signal fort : les récentes acquisitions réalisées dans le big data avec Guavus, la connectivité avec Live TV, l’intelligence artificielle avec CortAix, la cybersécurité avec Vormetric, et bientôt Gemalto.