Tonnellerie du Sud-Ouest, leader mondial dans les barriques en acacia !

Baudouin de  Montgolfier
Le process de chauffe

Les barriques fabriquées par la Tonnellerie du Sud-Ouest (TSO), à Gaillac, s’exportent dans le monde entier, aux Etats-Unis, son 1er marché, en Afrique-du-Sud, en Australie, en Chine, et dans plusieurs vignobles en Europe. On vient d’abord chercher ici la réputation des forêts de françaises, gérées par l’ONF (Office nationale des forêts), qui assurent une partie de son approvisionnement en matière première. On vient aussi y trouver un savoir-faire unique pour fabriquer notamment des barriques en acacia, particulièrement adaptées à l’élevage des vins blancs et rosés, dont TSO est le leader mondial.

 

Cette tonnellerie maîtrise parfaitement son sujet et en premier lieu, une des clés de la réussite, la température et le temps de chauffe de la barrique. Aujourd’hui  un ordinateur aide le compagnon à suivre le process de la chauffe  mais c’est le fruit de longues années de travail pour apprendre à corréler les paramètres physiques, la réaction du bois avec le comportement du vin évalué ensuite par le prescripteur, l’œnologue, le maître de chai avec son nez, sa bouche. Certes le travail artisanal à la main est secondé par des machines à commande numérique. Mais tout n’est pas écrit, le bois reste une matière vivante qui évolue avec entre autres la température ambiante, l’hygrométrie. Les cinq sens sont sollicités pour s’approcher de l’excellence. Au final, TSO est arrivée à une très bonne répétabilité indispensable pour servir ses grands clients. « Il faut 5 à 10  ans pour rentrer chez un client et le fidéliser mais une erreur sur un lot suffit à vous sortir » commente  Baudouin de  Montgolfier (1), le directeur général de l’entreprise. Fondée au début du siècle dernier, TSO a été reprise par le groupe tarnais l’Arçonnerie Française puis rachetée par le groupe  Sylvabois. En 2005, Baudouin de Montgolfier récupère la totalité du capital qu’il détient aujourd’hui avec l’actionnaire principal, le Château de  Pressac, un grand cru classé de Saint-Emillon. C’est à la fois un acheteur intransigeant mais aussi un partenaire technique pour juger de la qualité. De la forêt jusqu’à la livraison, tous les bois sont tracés. Une fois par an, B. de Montgolfier visite chacun de ses clients, teste et note les vins en  contact avec les barriques où le vin a vieilli. Entre ses prescripteurs qui élèvent le vin et TSO, les relations se sont intensifiées au fil des années. « Les bons tonneliers sont passés du stade de simples fournisseurs passifs à celui de partenaires actifs qui conseillent le client d’après son cahier des charges ».