Toulouse bien placée pour accueillir un Institut interdisciplinaire d'intelligence artificielle

Luc Marta de Andrade, fondateur du Think tank toulousain NXU

À la suite à l’appel à manifestations d’intérêt issu du rapport Villani lancé dans le cadre du programme national de recherche en intelligence artificielle annoncé par le Président de la République, le site toulousain a été présélectionné par l’Agence nationale de la recherche (ANR), le 6 novembre 2018, pour accueillir en 2019 l’un des instituts interdisciplinaires dédiés à l'intelligence artificielle (3IA). Les acteurs du projet ANITI sont mobilisés pour construire ce projet ambitieux d’ici le 15 janvier 2019 afin d’obtenir la labellisation définitive après examen par le jury international.

Luc  Marta de Andrade, le fondateur du think tank toulousain NXU, dédié à l’intelligence artificielle, aux nanotechnologies et biotechologies  exprimait sa satisfaction.

Le projet toulousain ANITI (Artificial and Natural Intelligence Toulouse Institute) rassemble plus de 200 chercheurs de 33 laboratoires de recherche et une trentaine d’entreprises avec le soutien des collectivités locales et en collaboration avec le tissu socio-économique et associatif. L’enjeu est de faire de Toulouse un des leaders mondiaux de l’intelligence artificielle en recherche, formation, innovation et développement économique, avec l’objectif de doubler le nombre  en IA et de créer plus d’une centaine de startups à l’horizon 2023. Les secteurs d’application stratégiques ciblés par le projet sont la mobilité et les transports, l’environnement, l’agriculture et la santé.

L’ambition du projet ANITI est de développer une nouvelle génération d'intelligence artificielle dite hybride, associant de façon intégrée des techniques d’apprentissage automatique à partir de données et des modèles permettant d’exprimer des contraintes et d’effectuer des raisonnements logiques. Cette approche permettra d’apporter de meilleures garanties en termes de fiabilité et de capacité d’expliquer et d’interpréter les résultats des algorithmes utilisés, tout en veillant à l’acceptabilité sociale et la viabilité économique. De telles garanties sont requises par le type d’applications ciblées par le projet comme par exemple les véhicules autonomes du futur.

S'il est retenu, le projet ANITI bénéficiera d'un budget de 20 millions d'euros par an pendant quatre ans, financés par l'État, les partenaires industriels, les établissements universitaires et les organismes de recherche scientifique et technologique, avec le soutien des collectivités locales.