VITICULTURE : Plaimont Producteurs : 75 M€ de CA dont 55% réalisés à l’exportation !

 



 

 

Aucune étude de marché n’aurait validé leur choix.  « Il fallait une certaine dose d’opiniâtreté et d’audace pour bâtir il y a plus de 30 ans, à Marciac et sur Saint-Mont un des tous premiers festivals européens de Jazz et la première coopérative de vin du Sud-Ouest » rappelle Olivier Bourdet-Pees, directeur du groupe Plaimont. Un partenariat historique unit ces deux success stories, Plaimont Producteurs soutenant activement cet événement devenu aussi vecteur de communication et de promotion du vignoble gersois.

Possédant 8 Domaines et Châteaux, plusieurs crus AOC et IGP, la société coopérative réalise un CA de 75 M€ dont 55% générés à l’exportation. 25 millions de bouteilles sont écoulées dans 30 pays. Dès les années 80, le cap a été mis sur la Chine, un investissement commercial de longue haleine mais qui porte ses fruits. Une joint-venture a été constituée sur place avec un producteur d’alcool de céréales qui possède un réseau de 500 commerciaux. L’autre porte d’entrée c’est un opérateur de Hong-kong qui importe et distribue la production. Sur le marché chinois sont vendus 1,5 millions de cols, un volume qui d’ici 3 ans fera plus que doubler (4 millions prévus).

Le développement de Plaimont Producteurs passe donc par l’international avec l’objectif de conforter les positions sur l’Asie, l’Amérique du Nord et l’Europe du Nord. A cet égard, un courant d’affaires a été initié en Norvège avec un rosé et un Madiran. « Les taxes étant moindres sur les 10 degrés d’alcool, nous sommes compétitifs sur nos blancs de Gascogne » commente Olivier Bourdet-Pees.

En France, si la grande distribution gagne du terrain, le segment de la CHR est à consolider, sachant que la consommation hors domicile souffre en ce moment.

Pour coller à la tendance plusieurs lancements sont d’actualité ou en préparation. Des vignes en 2012-2013 donneront un blanc Florembelle « bio ». Le côté festif n’a pas été oublié avec le Colomb’fizz à 9,5 degrés d’alcool. Dans les prochains mois plusieurs nouveautés seront dévoilées.

Emma BAO
Diffusé le 27 septembre 2012

 

Encadré

 

On retiendra

-Jazz in Marciac, qui accueille 200 000 personnes, est né en 1978, sous l’impulsion de Jean-Louis Guilhaumon.

-En 1979, les trois caves de Plaisance, Aignan et Saint Mont s’unissent pour fonder Plaimonts Producteurs. En 1999, les caves de Crouseilles (appellations Madiran, Pacherenc de Vic-Bilh et Béarn) et de Condom (pour les Côtes de Gascogne et du Condomois) les rejoignent.

-Plaimont Producteurs emploie 200 salariés, compte 1000 adhérents, produit 40 millions de bouteilles issues de 5300 hectares.

-La cave est capable de créer des marques mondiales comme Colombelle (3 millions de bouteilles) et des sélections parcellaires sur-mesure.

-Parmi les châteaux et domaines acquis, Monastère de Saint Mont (5 ha de vigne), Château Saint Go (40 ha), Château de Crouseilles, Château d’Arricau-Bordes, Domaine de Cassaigne rétrocédés aux vignerons. Château de Sabazan (9 ha) est resté propriété de la coopérative, c’est une vitrine et aussi un laboratoire d’expérimentation.

Encadré

 

Une vigne classée monument historique !

C’est une première en France : la commission régionale du patrimoine et des sites a inscrit le 18 juin au titre des monuments historiques une parcelle de vigne située dans la commune de Sarragachies, un terroir de l’appellation Saint-Mont. Cette plantation pré-phylloxérique qui appartient à la famille de Jean-Pascal Pédebernade, remonte aux années 1800. La nature sablonneuse du sol, la proximité avec la maison familiale ont préservé les plants. 29 cépages dont 7 non identifiés à ce jour dans le monde, ont été recensés sur ce lot.

Ce classement n’est pas le fruit du hasard. Alors que l’on se livrait fin 70 début 80 à un arrachage massif des vieilles parcelles pour replanter d’autres variétés, Plaimont Producteurs a soutenu à partir de 1990 les propriétaires qui conservaient des anciens cépages. Soucieuse de la biodiversité, la cave s’est dotée d’un conservatoire, un des plus importants musée végétal privé de France avec 40 cépages différents dont 12 inconnus. On y trouve des cépages femelles,  qui n’ont pas subi de fécondation par les cépages hermaphrodites (donc peu sélectionnés par l’homme).

 

Encadré

 

 

 

Madiran : les vendanges les plus tardives de France

 

En rouge, les vignerons du Madiran sont les derniers à vendanger en France, cueillant à la main les grappes au mois d’octobre, au maximum de leur maturité. Au préalable, ont été effectuées des vendanges vertes (suppression des grappes de 2ème et 3ème rang) pour obtenir sur les raisins restants de petites baies très concentrées, séchées par le vent et le soleil (technique du passerillage). Ce territoire viticole de 600 ha s’étalant sur les Pyrénées Atlantiques, les Hautes-Pyrénées et le Gers, est exploité par une trentaine d’indépendants et 130 vignerons adhérents à la Cave de Crouseilles. Parmi les fleurons de cette dernière, figurent le Château de Crouseilles et le Premium de Crouseilles, disponible en quantités confidentielles (12 mois en barrique, une cuve par parcelle de 100 à 300 ha)

Sur cette zone est aussi produit le Pacherenc de Vic Bilh. L’appellation couvre 200 ha, la Cave de Crouseilles en détenant les 75%. « Prélude à l’Hivernal » fait partie des must tout comme le Pacherenc de la Saint-Albert. Les raisins (cépage Manseng) sont passerillés, récoltés tardivement (derniers tris en novembre et en décembre pour le vin de la Saint-Sylvestre !).

La conduite de cette vigne est très exigeante, avec plusieurs passages et récolte à la main (1).

 

(1)           : l’élevage se déroule dans la barrique de vinification, sur lies fines remises régulièrement en suspension par bâtonnage.