VNF veut relancer une activité logistique fluviale à Toulouse

En lançant un appel à manifestation d’intérêts, Voies Navigables de France veut ré-utiliser le canal du Midi pour la livraison urbaine et cherche un consortium qui lui permettrait de rentabiliser également les péniches quittant la ville.

« La mise en place de la ZFE a accéléré le processus, mais le retour du fret fluvial sur le canal du Midi était déjà en réflexion » lance Elvyre Lassalle, adjointe au chef du service développement chez Voies Navigables de France. Etablissement public, VNF est un opérateur gérant plus de 80% du réseau fluvial français, dont le Canal des Deux-Mers qui est au cœur d’un projet de transport de la métropole toulousaine.

« Le potentiel technique est déjà là »

Formé par le canal latéral à la Garonne (193km) reliant Toulouse à Castets-en-Dorthe (entre Marmande et Bordeaux) ainsi que le Canal du Midi reliant Sète (34) à Toulouse, le Canal des Deux-Mers a été créé pour connecter la mer Méditerranée et l’Océan Atlantique, et ainsi faciliter le fret en supprimant la dépendance au détroit de Gibraltar. Au début des années 2000 son exploitation a été stoppée pour des raisons économiques, et le pan touristique a remplacé l’activité logistique. Mais, en pleine réflexion écologique, la question des ports modaux a refait surface au sein de VNF qui a déjà mis en place des initiatives dans d’autres villes, comme l’explique Elvyre Lassalle : « nous avons déjà le potentiel technique grâce à ce grand canal, vu qu’il a été créé spécialement pour ça. La question est celle du modèle économique, et de ce côté-là nous avons des exemples qui prouvent une fiabilité comme à Strasbourg et Lyon où une entreprise nommée ULS s’est installée sur les canaux de petits gabarits pour faire du transport logistique ».

Une mutualisation des flux impératives

Alors, avec la mise en place de la ZFE à Toulouse, les acteurs économiques locaux ont commencé à s’intéresser aux voies fluviales, et notamment au Canal du Midi qui dessert le cœur de Toulouse. Représentant de nombreux avantages environnementaux comme la décongestion des routes, ou la différence d’émission de gaz à effet de serre sur des charges égales (4 à 6 fois moins qu’un moteur thermique), le transport par péniche est devenu une priorité de VNF qui a lancé un appel à manifestation pour la relance d’une activité logistique. Concrètement, l’organisme cherche à identifier les potentiels acteurs capables de fournir un projet viable pour une future exploitation : « l’objectif est (...) la suite de cet article est à retrouver dans le Grand Angle du numéro de novembre 2021 d'Entreprises Occitanie.