Des consignes Boks pour faciliter la réception des colis

 Les consignes pour colis Boks peuvent être installées à l’intérieur ou à l’extérieur des bâtiments.

La jeune entreprise toulousaine Boks installe des consignes pour les colis dans les copropriétés. La solution imaginée et développée par Adrien Oksman et Olivier de Rodellec vise un fort développement dès 2020.

 

La livraison du colis quand le destinataire est absent. Voilà un problème qui reste peu résolu aujourd’hui… alors que cela devrait être de nos jours aussi simple que la réception d’une lettre, au vu de la poussée attendue de l’e-commerce en Europe (+15 à 20 % par an). Adrien Oksman et Olivier de Rodellec ont planché sur cette question et leur solution est commercialisée depuis janvier 2019. CDC Habitat, Eiffage, Constructa, Vinci Facilities font partie de leurs clients et des tests grandeur nature se préparent auprès de gros syndics de copropriété et bailleurs sociaux.

Une consigne à partager
Côté produit, il s’agit d’une consigne sous forme de coffre (1m de haut et 50cm de large) facilement installable, peu encombrante, et non énergivore (fonctionne avec Bluetooth Low Energy). Côté software, une application facilite le transfert des informations au livreur, au destinataire du colis et entre utilisateurs d’une même consigne. Le livreur émet un code unique signalé par le destinataire (lors de son achat en ligne) pour ouvrir le coffre et déposer son paquet. Le destinataire le récupère ensuite en approchant son smartphone de la consigne… entre eux, les utilisateurs de la consigne peuvent communiquer. Pour mettre au point cette solution, la jeune entreprise s’est imprégnée des besoins des géants du métiers de l’e-commerce et de la livraison comme VentePrivée.com et Colis Privé. « L’organisation de la société en mode collaboratif est amenée à se développer», parie Olivier de Rodellec, codirigeant de la start-up qui propose tout simplement d’optimiser le partage d’une boîte aux lettres géantes pour colis… Cet ancien banquier d’affaires diplômé de l’Edhec a rencontré son associé Adrien Oksman, lui-même dans le conseil en stratégie, par un hasard de circonstance. L’envie d’entreprendre se fait sentir pour chacun d’eux et Boks est né en 2017. 300 000 euros au total ont été collectés pour tester et démarrer l’aventure. A côté de leurs propres deniers, les cofondateurs ont été accompagnés par la Région Occitanie, par le Réseau Entreprendre ils ont aussi bénéficié du Pass French Tech, d’un prêt Créalia.

De 100 à 1000 installations en 2020
Le modèle économique : un service de location de deux ans qui revient à environ 2 à 4 € par mois par utilisateur. Les entrepreneurs planchent aujourd’hui sur un nouveau modèle avec une installation gratuite des consignes et un abonnement individualisé pour les seuls utilisateurs intéressés. La start-up a déjà installé une centaine de ses Boks à Paris et vise les 1 000 installations d’ici à fin 2020, en briguant une propagation dans les grandes métropoles. Pour financer son développement (la start-up veut passer de 4 à 10 personnes l’année prochaine pour poursuivre la R&D, communiquer et poursuivre son déploiement commercial), une levée de fonds et des financements bancaires sont en préparation pour ce début d’année avec un nouvel apport total qui devrait tourner autour de 1,3 M€.