DEVELOPPEMENT DURABLE : François Devin, PDG de l’Union des Peintres : « le social et le

 

 

Elle fait partie des plus anciennes scops de la région. Fondée en 1936, l’Union des Peintres a réussi à traverser les différentes tourmentes inhérentes à l’activité du BTP. Maîtrisant les deux métiers que sont la peinture (intérieure et extérieure) et la pose de sols souples, la PME a acquis une bonne notoriété, assise sur la qualité des chantiers livrés. « Que ce soit sur du neuf ou de la rénovation, nos compagnons, aguerris à la polyvalence, mettent un point d’honneur à réaliser du travail bien fait et dans les délais » souligne François Devin, PDG.

Positionnée sur le résidentiel (70% du volume d’affaires) complété par du tertiaire, (cabinets médicaux, cliniques, banques…), cet acteur du second œuvre parvient à maintenir le chiffre d’affaires (6,5 M€ en 2012)  dans une conjoncture déprimée. « La navigation par gros temps est facilitée de par notre statut coopératif » constate le dirigeant de la société en évoquant l’implication et la motivation de tous dans cette période difficile.

Si la priorité est au commercial pour décrocher des commandes dans un contexte de baisse des prix et de concurrence accrue, en interne l’objectif est de mettre en pratique les trois piliers de la RSE. « Un projet qui nécessite autant de management que de technique » indique François Devin en insistant sur le volontarisme des équipes pour le faire vivre.

 

Sur le volet économique, la recherche de performance est une constante. Les résultats sont partagés, les dispositifs d’intéressement et participation  encouragent tout un chacun à s’investir dans la société. « D’ailleurs, les deux autres composantes du RSE, le social et l’environnemental ne peuvent se concevoir que s’il y a un intérêt économique pour l’entreprise ! » fait remarquer François Devin. Donnée significative, la prévention a fait baisser de 25% le taux d’accidents et le  bien-être au travail entraîne un faible turnover et absentéisme. Sur le front des déchets, la réflexion portant sur le scotch et papier kraft souillés a permis de trouver un moyen pour limiter leur consommation !

Pour assurer sa pérennité, cet acteur du bâtiment a défini avec ses associés une stratégie et une feuille de route en mode projets (thématiques retenues : le coopératif, l’organisation de chantier, les RH, le marketing-commercial, l’innovation). Le conseil technique fourni aux acteurs de la construction est une des valeurs ajoutées que met en avant ce spécialiste de la finition.

En ce qui concerne l’axe développement durable, la scop s’était engagée il y a une dizaine d’années dans une action collective pilotée par la CCI de Région. Pour aller plus loin dans la démarche, la PME a bénéficié d’un pré-diagnostic réalisé par la CCI de Toulouse afin de formaliser l’existant et lister les axes d’amélioration. Parmi les acquis, l’Union des Peintres recycle depuis 5 ans ses déchets de peinture (brosserie, fonds de fûts, contenants vides…) et de sols qu’ils soient propres ou souillés. La mobilité avec la généralisation du co-voiturage, la rationalisation des déplacements a été intégrée. Plusieurs initiatives ont été prises pour réduire la pénibilité au travail. Des solutions ont été adoptées pour amoindrir le bruit (équipements les moins sonores, ajout de longs tuyaux aux pistolets…). Avec les médecins du travail sont évalués les risques chimiques (un bilan des consommations et impact sur la santé). Sachant qu’en 5 ans, l’usage du white spirit a baissé de moitié et que 95% des peintures employées sont en phase aqueuse !

Signataire de la charte « Je bâtis avec l’environnement », l’Union des Peintres met tout en œuvre pour obtenir la certification Iso 14 001 en 2014 (projet soutenu par Prélude).

Sur le volet social, les efforts sont portés sur la prévention, le maintien en bonne santé face à l’allongement de la durée du travail. Un des maux de la profession sont les troubles musculo-squelettiques.  Pour les prévenir, on a misé sur une mécanisation maximale des tâches et la polyvalence des compagnons pour rompre avec la répétitivité (1).

La formation est aussi un poste privilégié (4,5% de la masse salariale). Quant aux autres paramètres relevant du  social (redistribution des bénéfices, prévoyance-santé, mode de gouvernance…) ils sont déjà en application de par le statut coopératif de la société.

Emma BAO
Diffusé le 26 février 2013

 

(1)           : Sur ce volet, un travail a été engagé avec la Carsat, le Sras, l’OBPTP (organisme de prévention dans le bâtiment), le CHST, le personnel de l’entreprise,

 

 

 

A retenir :

-L’Union des Peintres emploie 56 salariés dont 35 sont associés

-Volume d’activité : 30 à 40 chantiers ouverts/mois

 

Encadré

Parcours et engagements

François Devin a occupé la fonction de délégué au sein de l’URSCOP en charge des questions financières. Il a ensuite travaillé chez IECO, une entreprise d’isolation avant de rejoindre en 2011 l’Union des Peintres.

Ses engagements professionnels lui laissent peu de temps libre. Il est membre de la Fédération des scops du bâtiment, adhérent de la Fédération du bâtiment, occupe le mandat de secrétaire du syndicat de la peinture 31.

Ce dirigeant de 42 ans fait aussi partie du club des jeunes dirigeants de la fédération du bâtiment 31.