ENERGIE : Ademe Midi-Pyrénées : une dynamique autour du bois énergie et de la méthanisation.

 

 

22,2 M€ mobilisés en 2012, : l’engagement de l’Ademe en Midi-Pyrénées  a atteint un niveau record ! « Le nombre de projets a augmenté» explique Michel Peyron, directeur régional, en détaillant l’activité de l’agence.

Les entreprises et les collectivités locales ont présenté de nombreux dossiers pour prévenir les déchets à la source (écoconception, amélioration des process…).

Le bois énergie avec le fonds Chaleur a suscité un grand intérêt. Chez Bosch dans l’Aveyron a été inaugurée une chaufferie bois. Airbus mettra la sienne en route prochainement. Si le domaine forestier est étendu en région, une meilleure structuration des approvisionnements bois est souhaitable pour mieux valoriser la ressource.

L’Ademe accompagne la Région sur l’appel à projets Eco Innov. Parmi les dossiers sélectionnés, figure la mise au point d’un épurateur de biogaz (projet  présenté par la Scop Aria et l’Insa).

La méthanisation avance bien. Primé au salon Pollutec, Boyer a fait la « une » avec la production de méthane à partir des déchets de melons ! Les dispositifs d’aides (plan Biogaz…) impulsent la démarche ce qui fait aussi monter les surenchères sur les déchets servant de matière première.

Des sociétés comme Methaneva, Aria, Valbio, Naskeo Environnement, Eden Agro Technologie…se sont positionnés sur ce marché. Les projets abondent, particulièrement sur le 65 mais les réalisations tardent à aboutir. Des usines de méthanisation sont dans les starting-blocks à Auch et à Vic-en-Bigorre.  A  Bordères-sur-l’Echez, un opérateur souhaite collecter les déchets organiques et produire du méthane sur un site pour injecter cette énergie dans le réseau.   Ce serait la première opération régionale de ce type.

La production de chaleur à partir de déchets gagne du terrain. Caussade Semences sèche son maïs avec ses propres rafles et sur Bessières, il est question de cultiver des tomates sous serre avec la chaleur de l’incinérateur d’ordures ménagères.

L’agence lance actuellement un appel à projets sur le traitement des déchets du BTP. Il s’agit d’encourager l’installation de plateformes sur les territoires pour y traiter les déchets issus du tri sélectif des bennes de chantier et envoyer les matériaux vers les filières de recyclage. Une initiative de ce type a été soutenue sur les Hautes-Pyrénées. Les plans départementaux des déchets du BTP plaident en faveur de ce genre de dispositif.

Les domaines d’intervention sont donc très variés. « Nous avons vocation à stimuler l’innovation, à faire de la diffusion technologique pour favoriser une économie verte et réduire la dépense énergétique » conclut Michel Peyron avec un satisfecit pour  les énergies renouvelables productriczes de chaleur (bois-énergie, géothermie, solaire thermique).

Emma BAO
Diffusé le 26 février 2013


 

Encadré

Pour construire économe et durable

L’appel à projets régional « Bâtiments économes de qualité environnementale en Midi-Pyrénées a permis depuis son lancement en 2007 de soutenir 39 opérations sur les 5 éditions. L’Ademe et la Région accompagnent les porteurs de projets. 1,75 M€ sont mobilisés en faveur des dossiers lauréats en 2013. Parmi les initiatives phares, figure le siège social de la société Ecocert (projet lauréat en 2010) avec une structure bois de grande hauteur.

 

Encadré 2

Le débat sur la transition énergétique

2013 est marquée par le débat sur la  transition énergétique et sa déclinaison régionale. La conférence d’ouverture sera pilotée par la Région.  Du 29 au 31 mars, sont programmées les journées de l’énergie durant lesquelles les entreprises ouvriront leurs portes pour mettre en avant des savoir-faire et expériences pilotes. Une journée citoyenne sera organisée le 25 mai afin que le public exprime sa vision de l’énergie. L’Ademe a donné le ton en 2012 en réalisant un exercice de prospective énergie/climat à échéance 2030 et 2050. Dans une vingtaine d’années, l’objectif est de réduire de 20% la consommation énergétique finale par rapport à 2010, de monter à près de 35% la part des ENR (13% en France à ce  jour, 23% ciblés en 2020), de baisser les émissions de CO2 de 33% (1). Ce qui suppose une transformation du secteur des transports avec des véhicules plus propres, des services de mobilité, des transports en commun et des modes alternatifs. La rénovation du bâtiment est aussi indispensable pour atteindre les seuils fixés par l’étude prospective. Outre les nouveaux matériaux et principes constructifs, la formation des professionnels sera indispensable pour assurer leur mise en application.

(1) : en 2050, on vise une réduction des émissions de CO2 de 75% et de 45% de la consommation énergétique par rapport à 2010 ; la part des ENR dans notre consommation finale devrait passer à 70%.