Hycco : la pépite toulousaine de l'hydrogène prépare sa première ligne de production

Alain Fontaine, Ludovic Barbès et Romain Di Costanzo, les trois associés d’Hycco.

Un après sa création, la start-up toulousaine Hycco met les bouchées doubles pour développer son innovation : des plaques bipolaires pour systèmes hydrogènes, plus résistantes et moins lourdes. Une première ligne de production pilote est en préparation.

Hycco se place en amont de la filière hydrogène, côté fabrication. « J’ai eu envie de me lancer dans un projet lié à l’urgence climatique. Après avoir étudié toutes les problématiques de la solution hydrogène, j’ai ciblé celle des plaques bipolaires, car ce sont des composants clés, présents partout dans la chaîne de valeur de l’hydrogène. Mais ces plaques posent jusqu’à présent des problèmes de poids et de durabilité », raconte Romain Di Costanzo, anciennement ingénieur du spatial et aujourd’hui président et cofondateur de l’entreprise. Hycco est né en mai 2019, après trois années de R&D avec l’aide d’experts et de laboratoires spécialisés. Incubée à l’IMT Mines Albi, l’entreprise bénéficie de l’écosystème local pour développer sa technologie.  « Nous misons sur le développement de la filière hydrogène, et on peut dire que c’est déjà bien parti aujourd’hui en Occitanie », commente le chef d’entreprise enthousiaste qui projette 15 M€ de CA en 2025. Avec ses deux autres associés, Ludovic Barbès et Alain Fontaine, Romain Di Costanzo prépare une levée de fonds d’environ 400 K€ pour cette fin d'année.  Bpifrance, la Région, Créalia, Aerospace Valley, le pôle Derbi sont déjà derrière ce projet.

Un procédé breveté à vendre aux industriels
Les plaques bipolaires conçues par Hycco utilisent de nouveaux matériaux (...)