ESPACE : interview de Marc Pircher, directeur du Centre Spatial de Toulouse

Directeur du Centre Spatial de Toulouse, Marc Pircher fait le point sur les dossiers d’actualité. A commencer par GUIDE, le centre d’excellence GNSS implanté sur Midi-Pyrénées et l’Aquitaine

Entreprises Midi-Pyrénées : Quel est rôle joué le CNES par rapport au développement de cette plateforme ?

Marc Pircher : Le CNES a participé au montage du projet, à sa définition technique et son contenu. Il a joué un rôle d’assistance à maîtrise d’ouvrage. L’enjeu est important car cette plateforme servira à développer des applications économiques à partir du GPS complété par EGNOS et de Galileo.

Sur la partie laboratoire de GUIDE, le CNES fournira des équipements (banc récepteur navigation…), des moyens dont dispose déjà la sous-direction radio fréquences du Centre Spatial de Toulouse. Les industriels pourront tester et valider leurs produits en utilisant ce matériel de simulation et de modélisation des signaux. D’autres majors du spatial et des PME transféreront vers ce laboratoire des outils et des logiciels. Cette structure qui représente un investissement estimé à 7 Meuros pourrait fonctionner au démarrage avec 2 ou 3 techniciens.

L’implication du CNES se situe bien en amont, au niveau du développement des infrastructures, apportant dans la corbeille de la technologie et de l’expertise. La partie préparation, applications de GUIDE mobilise d’autres acteurs.

EMP : Comment évoluent  les prises de participation dans les sociétés filiales ?

Marc Pircher : « Nous nous désengageons lorsque les entreprises sont devenues rentables sur la durée » résume Marc Pircher. C’est ainsi que le CNES s’est retiré d’Intespace, de Spot Image, cédera prochainement les parts détenues dans Novacom Services à Telespazio, abandonnera ses positions au sein de  GIP Mercator qui va adopter un statut de société. Le Centre spatial reste pour le moment dans le capital de Medes et Medesat. Sa filiale Telespace Participation est actionnaire de plusieurs PME en France dont Angeo Technology et Blue Planet situées en Midi-Pyrénées.

EMP : L’état des coopérations internationales ?

Marc Pircher : Elles montent en puissance. Le CNES a noué des partenariats avec toutes les agences spatiales du monde. Au sein de l’ESA, sont mis en avant les choix nationaux sur un ensemble de sujets. 
Les ressources de « service public » du CNES (1,500 Mds euros)  se répartissent entre les programmes de  l’Europe (ESA) et le multilatéral.   Le CNES dispose de ressources supplémentaires provenant de plusieurs clients comme ceux du secteur de la Défense, EUMETSAT (sur Jason 3)…

EMP : Un focus quelques programmes majeurs ?

Marc Pircher : Ils sont nombreux. Je citerais SWOT (1), un programme de 150 Meuros conduit avec la NASA. La France y participe à hauteur de 25%. Ce satellite couvrira l’ensemble des océans balayés avec une large fauchée. Il traitera aussi les zones côtières,  les terres inondées, les fleuves et rivières…SWOT effectuera de l’altimétrie par interférométrie. Avec la Chine, l’agence spatiale française est impliquée dans le satellite Infosat. Dans l’actualité figure Pléiades (observation de la terre) achevé en 2010 et dont le lancement est prévu début 2011. Astrium et plusieurs PME de la région (sur le segment sol, la programmation et le traitement des images) ont été très sollicités sur ce projet réalisé en coopération avec la Suède, la Belgique, l’Espagne, l’Autriche et la l’Italie. Sur SMOS, le CNES est « Principal Investigator » (PI) CESBIO et a contribué à la plateforme.

Jason 3 fait partie aussi des programmes phares tout comme le satellite CSO, la suite française d’HELIOS. Sur ce programme, 900 Meuros de contrats seront passés aux industriels fin 2010. Astrium assurera la maîtrise d’œuvre, le site de Cannes de Thales Alenia Space interviendra sur la partie instruments.

(1)          : Surface water ocean topography

 


Diffusé le 4 juin 2010

Encadré

La coopération avec le centre spatial de Norvège

Lors du 4ème French Norwegian Space Forum organisé à Toulouse par le CNES, le Centre spatial a réaffirmé sa coopération avec la Norvège dans les domaines de la formation (accord avec l’Université des sciences et technologies de Trondheim), de la navigation par satellites, de la surveillance maritime. Sur la zone polaire, le CNES pourra apporter des solutions pour pallier l’absence de couverture EGNOS et Galileo.

Pour assurer le suivi des bateaux, le CNES apporte sa contribution (sur la phase  étude et architecture) aux systèmes AIS (1) et technologies satellites constellation radar.

(1) : Automatic Identification System