Le Rallye des Pépites : une visite d'entreprise pas comme les autres

Depuis 5 ans, Ethel le Bobinnec et Clara Maumont imaginent et organisent «Le Rallye des Pépites », un jeu de piste en entreprise. Initialement associatif mais désormais SAS, leur évènement, qui vise à encourager l’entreprenariat féminin, ne cesse de se développer et se réinvente en raison de la Covid-19.

"Faire découvrir le potentiel économique d’une ville avec le prisme de l’entreprenariat féminin", c’est la volonté d’Ethel le Bobinnec, co-créatrice du « Rallye des Pépites ». Comment cette ancienne directrice du Réseau Entreprendre Aquitaine a co-créé, avec Clara Maumont, un jeu de piste en entreprise luttant pour l’égalité homme/femme ?

D'un rallye automobile à un "vis ma vie" d'entreprise

Lorsqu’elle participe au Rallye Aïcha des Gazelles, une course automobile 100% féminine au Sud du Maroc, Ethel le Bobinnec imagine un évènement mettant lui aussi en avant la mixité et qui encourage les femmes à « oser entreprendre ». Cette idée prend vie, en 2015, avec la première édition du « Rallye des pépites » à Bordeaux.

Le concept est un rallye d’une journée, composé d’équipages de 4 personnes, qui doivent faire étape dans différentes entreprises mettant en avant grâce à des petits ateliers, des femmes réalisant des « métiers d’hommes » ou ayant des postes à responsabilités.

Avec 400 participants dès la première édition, le format trouve son public et se renouvelle pour une deuxième année, réunissant alors 50 % de public en plus. De nombreuses entreprises telles que Cdiscount, Thales, Aquinov (une société indépendante de conseils en propriété industrielle) ou Numissima (spécialiste du rachat d'or, d'argent et de platine) permettent aux participants de découvrir la richesse du tissu économique local, sous le prisme de l’entreprenariat féminin.

Des éditions dans différentes métropoles

Alors, avec son amie Clara Maumont, les deux femmes décident de mettre en application le message qu’elles véhiculent et créent en 2017 leur SAS : « Vous Com’l ». Jusqu’alors, le Rallye des Pépites était une aventure associative.

Après s’être décliné à Limoges et Pau, Le Rallye des Pépites est arrivé à Toulouse en 2019. Avec des entreprises comme GRDF, qui suit l’initiative de ville en ville, l’évènement devient peu à peu un incontournable dans la lutte pour la mixité en entreprise, et a permit à Ethel Le Bobinnec d’obtenir en 2020 un « Trophée des femmes de l’économie ».

Le Rallye des Pépites est en partie financé par les « entreprises étapes », à hauteur de quelques milliers d’euros, et par les joueurs avec une participation d’une vingtaine d’euros. Également soutenu par différentes subventions des métropoles et des Régions, le jeu de piste qui coûte en moyenne 70 000 euros à organiser fait partie du Tour de France de l’égalité femme/homme organisé par le gouvernement.

Se réinventer face à la crise sanitaire

Avec la crise sanitaire liée à la Covid-19, le Rallye des Pépites a dû revoir son organisation. Pour sa sixième édition bordelaise le 10 octobre dernier, 400 personnes sur les 600 prévues ont maintenues leur inscription. Pour la deuxième édition toulousaine prévue le 5 décembre, le re-confinement a nécessité une ré-organisation complète du rallye et des animations prévues au sein des entreprises. Ainsi, avec une prévision de 100 à 200 personnes inscrites, les organisatrices ont imaginé un nouveau Rallye des pépites, entièrement en digital. A distance, les équipes se serviront d’une mallette contenant des objets « incarnant » le métier présenté par l’entreprise-étape, et devront réaliser différents ateliers. Adapté sur une demi-journée, l’évènement amènera par exemple les équipages devant un banquier de la Caisse d’Epargne, où ils devront défendre un projet entreprenarial loufoque et obtenir le financement nécessaire.

 

Alidières Thomas