Valoriser 80% des déchets du BTP en Occitanie en 2025 ?

12 millions de tonnes de déchets en Occitanie

Les déchets issus des chantiers du BTP en Occitanie représentent 12 millions de tonnes dont 8 millions des Travaux publics. Le Plan régional de prévention et gestion des déchets ambitionne de valoriser 80% des déchets inertes en 2025 ! Aujourd’hui le taux de recyclage global est d’environ 50% et 30% pour les déchets non dangereux du second œuvre. La loi sur le gaspillage prévoit des mesures dédiées.  Globalement le  BTP produit 60% des déchets tous secteurs confondus.

La commande publique sous pression dans les Travaux publics

Dans les Travaux publics, l’Etat et les collectivités vont jouer un rôle moteur via la commande publique. Ainsi au moins 70% des matières et déchets produits sur les chantiers de construction routiers dont ils sont maîtres d’ouvrage doivent être réemployés ou réorientés vers le recyclage, la valorisation matière. Tous les appels d’offre publics intègrent désormais une exigence d’utilisation des déchets. Ces bonnes intentions ont toutefois du mal à se généraliser sur le terrain.  Si d’un côté les services environnement des administrations poussent pour le réemploi des déchets, la logique comptable peut prendre le dessus lors du choix final par les décideurs. Simultanément, les distributeurs de matériaux et équipement de construction sont tenus de reprendre les déchets issus des matériaux qu’ils vendent. Globalement la prise de conscience du problème est de mieux en mieux partagée dans la filière. Les fédérations professionnelles sont engagées dans le mouvement comme la FFB Occitanie sur la démarche Chantiers propres, l’UNPG, l’Union nationale des producteurs de granulats, le Snip, le Syndicat des industries du plâtre avec les opérateurs comme Knauf, Placoplâtre et Siniat.

Des situations inégales sur le territoire

Sur le terrain, les situations ne sont pas homogènes. Dans les agglomérations comme Toulouse et Montpellier, le parc d’installation des moyens de traitement des déchets est plutôt adapté c’est moins le cas en zone rurale. Des stocks importants de granulats de recyclage sont signalés. Les pratiques de non mélange et le tri à la source ne sont  pas systématiquement mises en oeuvre. La valorisation des déchets non dangereux issus des chantiers du BTP reste encore insuffisantes. Les professionnels font le constat que les prix de la matière première neuve sont moins chers que le même produit issu du recyclage !