Argos 4, un instrument de collecte de données Made in Occitanie

Marie-Anne Clair, directrice du Centre spatial de Guyane, Corine Lacoste, DG de Soterem, Didier Mesnier, pdg de Mecano Id, Michel Sarthou, responsable Cne du projet Argos 4

L’instrument Argos 4 s’apprête à quitter Toulouse pour Bengalore en Inde où il sera arrimé sur la plateforme du satellite Oceansat-3.  Son lancement est annoncé en janvier 2020. Pour cette 4ème génération, le Cnes, le maître d’ouvrage du programme a confié son industrialisation à un consortium de PME régionales dont la plupart sont fédérées dans la Newspace Factory.

 

 « Les PME prennent leur destin en main et montent dans la chaîne de valeur avec des programmes comme Argos 4, Angels, Argos NG. L’objectif du Cnes c’est bien de faire croître l’écosystème du spatial en région » indiquait Marie-Anne Clair, la directrice des systèmes orbitaux du Cnes, 800 salariés à Toulouse (qui dirige désormais le Centre spatial de Kourou en Guyane) lors de la présentation du programme. Argos 4 prendra la suite de la grande famille Argos lancée dans les années 80 en coopération avec l’agence américaine dédiée aux études de l’Ocean et l’atmosphère, la NOAA, suivie par Argos 2 et 3, dont l’exploitation a été confiée par le Cnes à sa filiale, CLS. Disséminées sur des bateaux de course, des bateaux de pêche ou des ours polaires, des manchots, des requins…18 000 balises collectent aujourd’hui des données  relevant la localisation, des variations de température, de courants, de salinité de l’Océan, l’évolution des glaces…..,  transmises aux 7 instruments Argos hébergés en orbite sur différents satellites  d’Eumetsat, de l’Agence indienne ISRO. Ces données sont renvoyées vers une cinquantaine de stations au sol, traitées par un centre de calcul. Deux Argos 4 seront mis en orbite par la NOAA pour assurer la continuité de service. Les performances de la 4ème génération s’améliorent. La bande de fréquence passe de 200 KHz à 590 KHz, la sensibilité progresse pour détecter des signaux encore plus faibles avec davantage de capacité de traitement.  Argos 4 aura des « petits frères » nanosatellites collecteurs de données.  Le Cnes a étudié en parallèle une version miniaturisée « New Space », Argos 4 NG. Cette charge utile sera validée avec un 1er exemplaire test, Argos Neo sur la plateforme Angels développée à Toulouse par le Cnes avec Nexeya. Son lancement est prévu fin 2019.