Groupe Bizness. L'art d'enseigner avec des outils digitaux

Groupe Bizness. L'art d'enseigner avec des outils digitaux. Crédit : Groupe Bizness

Pour Nicolas Rivière, cofondateur du groupe Bizness avec Bruno Sola, la formation professionnelle nouvelle génération doit savoir combiner des outils digitaux et une présence humaine. C’est ce qu’on appelle le blended learning ou l’art du  mix pédagogique, avec un parcours de formation qui sait associer des programmes à distance et  une pédagogie présentielle. Comment se démarque le groupe Bizness des autres acteurs de la formation professionnelle ? « Nous cherchons toujours à intégrer les nouvelles technologies dans notre pédagogie. Tout simplement parce qu’on apprend différemment aujourd’hui, et qu’ il faut s’adapter », explique Nicolas Rivière. Pour rester à la pointe, une grande partie des programmes de formation sont conçus en interne, à travers la start-up Jump, entité du groupe installée à quelques rues du siège et employant aujourd’hui une quinzaine de personnes.

Simplicité d’utilisation et attractivité
Les parcours de formation de Bizness Formation intègrent la vidéo, l’audio, les chatbot, l’IA, et autres solutions digitales, avec toujours l’objectif de rester attractif et ludique pour l’apprenant : design contemporain, graphisme esthétique, jeux (puzzle, courses, quizz, etc.), facilité d’utilisation, et programmes courts caractérisent ces modules qui forment aux métiers de la vente, au management et à la relation et satisfaction client. La simulation est aussi une pratique appréciée par les apprenants : le SkillGym qui propose une simulation virtuelle d’entretien a été conçu par LifeLike (société italienne) et est distribué en France par l’entreprise. Cet outil a été adopté par Pôle Emploi par exemple. 

Ouverture vers le BtoC
L’entreprise emploie aujourd’hui une cinquantaine de collaborateurs (CA 2018 : 10 M€). Jusqu’à maintenant, ses clients sont essentiellement des grands comptes de la banque, de l’assurance, du luxe, du retail et des institutions. Pour la suite, la PME prévoit de se tourner vers le BtoC, de développer son rayonnement international (la PME est présente dans 40 pays aujourd’hui), et de mettre à disposition des consultants indépendants des outils digitaux pour animer leurs formations. Parallèlement, à travers sa start-up Jump, la R&D se poursuivra pour continuer à intégrer les dernières  technologies du digital et  toujours offrir des parcours de formation nouvelle génération.