SERVICES : Igrec en croissance dans la gestion du poste client

Confier la gestion de son poste clients donc le traitement fonctionnel de ses factures et relances à un tiers spécialiste reste relativement marginal dans les Pme. C’est le constat du patron d’Igrec, Bruno Blanc-Fontenille, qui a jusqu’à présent surtout développé cette activité de service pour les grands comptes…mais pas seulement toutefois. C’est par exemple le cas chez le fabricant régional de machines pour l’emballage, Sfere (50 salariés, 2 sites de production) dont le directeur général Stéphane Delon a choisi de confier le poste client à Igrec. « 10% de l’encours de Sfere est dehors, représentant une quarantaine de jours de délai. Nous avons près de 10 000 clients dont 800 actifs. Avec Igrec nous évitons de mobiliser des ressources internes sur les relances tout en conservant des bonnes relations avec tous nos clients sur le long terme, ce qui est essentiel pour nous car gagner de nouveaux clients coûte très très cher. Ils sont aussi impliqués que nous et connaissent parfaitement nos métiers » relate ce dirigeant convaincu.
Si le poste client est le cœur de l’entreprise et source du cash-flow, « beaucoup de sociétés ignorent avec précision le nombre de leurs clients, les volumes en retard… » explique B. Blanc Fontenille. Diminution des retards de paiement, des conflits et litiges, augmentation du résultat…résument les apports de l’intervention d’Igrec. Le passage de témoin ne va pas de soi, la plupart des entreprises sont très réticentes à se défaire de cette activité considérée comme trop stratégique pour leur survie.
Conquérir le marché de la Pme fait partie de la stratégie d’Igrec. Trois ans après sa reprise en 2009, elle emploie 90 salariés sur deux sites à Caraman près de Toulouse et Montpellier, réalisant un chiffre d’affaires de près de 4,2 millions d’euros. Igrec gère 180 000 comptes clients pour 3,2 milliards d’euros et traite 300 000 titres par an pour des sociétés privées et publiques dont 30% à l’international avec six langues traitées. En 2012, B. Blanc-Fontenille parie sur une progression de 5 à 10%. 
 
JL. Bénédini

Diffusé le 30/08/2012