Tesalys. 300 machines disséminées dans une cinquantaine de pays

Miquel Lozano

C’est au Moyen Orient que Tesalys a vendu sa première machine d’élimination des déchets à risques infectieux à la source. Dès sa création en 2012, le président de cette PME, Miquel Lozano savait que le futur ne  pouvait se concevoir qu’à l’échelle mondiale. 95% du chiffre affaires 2018, 4,5 millions d’euros,  provient de l’export. Avec la nouvelle levée de fonds, 6 millions d’euros en janvier 2019, Tesalys poursuit cette feuille de route pour conquérir de nouveaux marchés.

Animer le réseau de distributeurs

Les 300 machines déjà vendues sont disséminées dans une cinquantaine de pays différents ! C’est d’abord dans les pays émergents que l’entreprise a gagné l’essentiel de ces marchés avec son système Steriplus breveté qui élimine par broyage et traitement par la vapeur les DASRI, les déchets infectieux là où ils sont produits : dans les hôpitaux, les cliniques, les centres de recherche, les laboratoires d’analyse médicale…. « Les DASRI constituent un gros problème de santé publique dans ces territoires qui  n’ont pas ou peu de services et structures pour les traiter comparés aux pays occidentaux » explique Miquel Lozano. Tesalys a tissé un réseau de distributeurs sur tous les continents sélectionnés sur leur capacité à apporter le service, de la maintenance, de la formation aux clients. Le modèle est appelé à évoluer avec la création d’antennes par grandes zones géographiques, dans le Sud-Est Asiatique, au Moyen-Orient, en Amérique Latine. « Gérer 50 pays c’est compliqué. Ces entités permettraient de renforcer l’animation commerciale du réseau tout en apportant un meilleur service au client, en diminuant les coûts » relate M. Lozano. Aujourd’hui toutes les semaines, des sessions de formation sont organisées chez Tesalys à St-Jean-de-l’Union. 

Jusqu’à 100 kg/h traités

A  l’échelle mondiale, le traitement des DASRI croît chaque année et atteindrait les 2,5 milliards d’euros en 2024 en additionnant les équipements, les consommables et les prestations de services associés. 1 kg de déchets infectieux est produit en moyenne par lit et par jour. Tesalys a développé une gamme de 5 machines capables de traiter jusqu’à 100 kg/heure de déchets infectieux. « On peut intéresser du petit centre médical jusqu’à des cliniques et hôpitaux. Le marché est immense. L’élimination des déchets infectieux à la source est aussi de plus en plus demandé par tous les services de R & D qui souhaitent détruire eux-mêmes sur place pour garantir une confidentialité  totale de leurs études». Juridiquement, le producteur de DASRI reste responsable jusqu’à  leur élimination. Sa responsabilité peut être recherchée en cas de dissémination biologique. 

Une technologie reconnue à l’international

Tesalys est aujourd’hui reconnue sur le marché mondial comme étant la société la plus innovante pour traiter les petites quantités à la source.